le portail de la science politique française

rechercher

Actualité

Les cartes de l’action publique : réformes, légitimations, conflit

L’Association Française de Science Politique est partenaire de journées d’étude sur la thématique des « Cartes de l’action publique – Réformes, légitimations, conflits » qui auront lieu les 5 et 6 avril 2018 à Paris 17e, sur le site Pouchet du CNRS. Un appel à communications est lancé pour le 17 décembre 2017.

La carte est un instrument classique d’action publique : elle ne constitue pas un outil descriptif et neutre de configurations géographiques mais bien une technologie de gouvernement porteuse de représentations, de conceptions des problèmes publics, d’intérêts. La carte renvoie également à l’organisation spatiale des services publics et des administrations (carte judiciaire, carte scolaire, carte militaire, etc.), dont elle donne une certaine représentation. En cela, la carte est un objet particulièrement intéressant pour penser les mutations de l’action publique sur les territoires, plus particulièrement les reconfigurations des relations entre gouvernants, metteurs en œuvre et gouvernés. Ces journées d’études1 se donnent pour objectif de remettre les cartes de l’action publique sur le métier en s’intéressant aux transformations des rapports entre centres et périphéries, entre politiques et usagers, entre État et collectivités locales, entre gouvernants et gouvernés, dont elles sont à la fois porteuses et témoin. Les cartes peuvent être envisagées comme des politiques constitutives en ce qu’elles participent aux processus de réforme internes aux États et portant sur ses mêmes structures. En ce sens, on peut étudier les transformations des cartes de l’action publique – au sens des mutations spatiales et organisationnelles des services publics et des administrations –, ainsi que les effets de ces réformes sur la mise en œuvre de l’action publique et, plus largement, sur les groupes sociaux qui y sont confrontés. Il s’agira d’interroger les logiques institutionnelles, bureaucratiques et politiques de la réorganisation spatiale des services publics, les modalités de réforme, les modes et de légitimation, les mobilisations et les conflits qu’elles peuvent (ou non) susciter.
La transformation des cartes de l’action publique suppose de comprendre pourquoi, selon quelles expertises, quels choix politiques et quelles données, quelles représentations des gouvernés, les périmètres et les implantations des institutions publiques sont redessinés. Cela permet au passage d’étudier ce que les mutations des cartes de l’action publique font à l’État, aux collectivités territoriales, aux groupes professionnels et aux groupes sociaux qui se mobilisent sur les territoires pour défendre des intérêts ou, par exemple, revendiquer une forme d’équité territoriale.
Nous interrogerons la façon dont les changements des cartes transforment les modes de gouvernement des populations et des territoires locaux, et comment ces derniers contribuent (ou non) à donner du sens à ces découpages et contenus territoriaux, à les utiliser, à les combattre voire à les dépasser. Cette perspective s’intéresse alors aux effets des réformes sur les liens gouvernants-gouvernés, dans les processus de légitimation de l’action publique et sur la prise en compte des diverses formes d’inégalités sociales et territoriales. Ces réformes seront étudiées dans une perspective multiniveaux et à travers la confrontation entre différents secteurs d’action publique. Basées sur des matériaux empiriques robustes, les propositions pourront relever de plusieurs champs disciplinaires en sciences sociales (science politique, sociologie, géographie, aménagement) et pourront notamment s’inscrire dans les trois axes suivants :

Trois axes principaux de recherche seront explorés : 

1. Reformer les cartes de l’action publique : acteurs, enjeux, luttes

2. Les cartes des services publics et les inégalités territoriales (accès et accessibilité)

3. Les cartes comme instruments de changement : mise en œuvre de l’action publique, participation citoyenne, résistances

Les propositions de communication (500 mots) sont attendues pour le 17 décembre 2017 et sont à envoyer à l’adresse suivante : colloquecartes2018@gmail.com 

Si votre navigateur ne vous permet pas de visualier ce pdf, vous pouvez toujours le télécharger.