le portail de la science politique française

rechercher

Actualité

#AAC Politiques locales de l’énergie : la transition énergétique change-t-elle les territoires ?

Une journée d’étude sur le thème  « Les politiques locales de l’énergie : La transition énergétique change-t-elle les territoires ? » est organisée le 22 novembre 2017 à l’IEP de Rennes par le Chantier transversal Environnement, développement durable et écologie politique d’Arènes et la Chaire Territoires et mutations de l’action publique  de Sciences Po Rennes, partenaire institutionnel de l’AFSP.

Comité d’organisation : Renaud Hourcade, Jean-Pierre Le Bourhis, Romain Pasquier, Anne-Cécile Renouard, Pierre Wokuri, Melike Yalcin, Aurélien Evrard.

Appel à communications jusqu’au 22 septembre 2017.

Longtemps repoussés aux marges du gouvernement de l’énergie, les territoires y jouent désormais un rôle croissant. Le paradigme de la transition énergétique semble les y inviter en encourageant un pilotage local de l’offre et de la demande d’énergie, par l’exploitation de ressources renouvelables territorialisées (vent, courants, soleil, déchets, géothermie…) d’une part et par des politiques de sobriété d’autre part (constructions économes, rénovation thermique des bâtiments, réorientation des transports collectifs). En France, plusieurs textes récents s’efforcent d’accompagner ces initiatives : Lois Grenelle, Loi MAPTAM de 2014 sur le rôle des métropoles, loi de 2015 sur la Transition énergétique et la croissance verte, textes ouvrant l’accès à des financements nouveaux pour l’efficacité énergétique… Parallèlement, c’est également à l’échelle locale que se déploient des initiatives citoyennes, parfois associées à des collectivités, visant à prendre en charge la production d’énergie de manière plus autonome.

Ces évolutions, cependant, ne produisent pas leurs effets de manière linéaire et homogène. Certes le paradigme de la transition se présente désormais aux acteurs comme une norme incontournable (à la fois légalement et discursivement). Mais, d’une part, le sens de son appropriation et de sa mise en œuvre est donné par des conditions territoriales spécifiques (Baggioni, 2015) et d’autre part cet impératif ne s’accompagne pas nécessairement des délégations de compétences adéquates et des moyens suffisants (Zélem, 2012 ; Labussière et Nada , 2015). Placer des politiques publiques locales sous le signe de la « transition » n’est donc pas forcément synonyme de transformation du territoire, de réorientation des échanges sociaux ou même d’un avènement de la proximité. Elle peut tout aussi bien faire figure de contrainte, à surmonter ou à accommoder, de moyen de conforter des statuts acquis, des réseaux installés et des pratiques anciennes, en offrant à des acteurs déjà dominants des opportunités de relégitimation.

Ces enjeux invitent à explorer en profondeur les relations qui unissent les territoires aux nouvelles politiques énergétiques : quelles sont les conditions territoriales qui influencent l’appropriation de ces compétences ? Sous l’effet de quels facteurs locaux la transition change-t-elle les territoires ? Et en quoi les territoires eux-mêmes définissent-ils le sens de la « transition » ?

Ci-dessous le texte de l’appel à communications :

 

Si votre navigateur ne vous permet pas de visualier ce pdf, vous pouvez toujours le télécharger.