le portail de la science politique française

rechercher

ST 12

Au-delà des partis et des élections ? Confronter théorie politique et perceptions des acteurs

Beyond Parties and Elections? Confronting Political Theory and Agents’ Perceptions

 

Responsables scientifiques :

Camille Bedock (CNRS, Sciences Po Bordeaux) camille.bedock@gmail.com 
Pierre-Étienne Vandamme (KU Leuven, Belgique) pierre-etienne.vandamme@uclouvain.be

L’insatisfaction de bon nombre de citoyens par rapport aux institutions démocratiques existantes (Armingeon et Guthmann 2014; Dalton 2004) fait désormais figure de lieu commun. Elle est relayée par la théorie politique, dont l’attention porte beaucoup sur les formes non électorales de participation. Mais quelles sont véritablement les perceptions des citoyens et des élus sur ces alternatives ? Cette section thématique s’intéresse à la confrontation entre la théorie politique et les perceptions des acteurs sur la question de la démocratie envisagée au-delà de ses deux piliers centraux : partis et élections.

En théorie politique, l’attention a été tellement déplacée vers la délibération et la participation que l’analyse des partis et élections est devenue quelque peu négligée (Pourtois 2018). En outre, les recherches existantes ont rarement été jusqu’à se demander si l’on pourrait se passer totalement des partis et/ou des élections (Goodin 2008 est une exception). S’agit-il simplement d’institutions inévitables ou possèdent-elles également des vertus dont on aurait tort de se passer ? Les partis jouent-ils un rôle délibératif essentiel en permettant la confrontation publique de projets de société concurrents (Rummens 2012 ; Leydet 2015) ? Au-delà de leurs effets pacificateurs (Przeworski 2018) et malgré leurs multiples failles (Achen et Bartels 2017), les élections possèdent-elles à l’instar des délibérations certaines vertus épistémiques propres ? Pourrait-on imaginer une démocratie qui ne fonctionnerait qu’avec des représentants tirés au sort et des référendums ?

Et qu’en pensent les acteurs ? L’analyse des multiples attentes et conceptions de la démocratie formulées par les citoyens (Bengtsson et Mattila 2009; Ferrin et Kriesi 2016; Hibbing et Theiss-Morse 2002; Neblo et al. 2010) et les élus (Lefebvre 2007; Mazeaud 2014; Paoletti 2010) est une question récente et encore largement à défricher. Ceux que les institutions existantes laissent insatisfaits vont-ils jusqu’à envisager une démocratie sans partis ni élections ? Souhaitent-ils plutôt que se multiplient, à côté des élections, d’autres canaux de participation ? Remettent-ils en cause le principe même de la représentation ou la qualité de la représentation existante ? Enfin, comment perçoivent-ils les formes de gouvernance technocratiques ? Les mêmes questions peuvent se poser pour les élus qui sont les incarnations directes de la démocratie représentative. Si la question de la démocratie participative et délibérative et de sa routinisation dans le processus politique a été largement étudiée (Gourgues 2013; Mazeaud et Nonjon 2018; O’Miel 2015), leurs représentations de la démocratie ont rarement été analysées de front.

Le but de cette section est donc d’ouvrir un dialogue entre théorie politique et travaux empiriques sur les perceptions des acteurs. Il s’agit d’abord de confronter les réflexions théoriques sur les réformes potentielles des institutions démocratiques aux représentations des citoyens et des élus. Il s’agit ensuite d’enrichir la recherche empirique sur les représentations des acteurs de nouvelles approches de théorie politique. Au-delà de ce que les citoyens et élus connaissent déjà bien, comment réagissent-ils face à des propositions plus surprenantes ou plus radicales, comme le tirage au sort des représentants politiques, la démocratie « liquide », l’épistocratie ? Ainsi, cette section se propose de décloisonner les recherches existantes sur les mutations de la démocratie (représentative).

 

Citizen dissatisfaction with existing democratic institutions (Armingeon and Guthmann, 2014; Dalton, 2004) has become a commonplace belief. It has been relayed by political theory, which focuses a lot of attention on non-elective forms of political participation. What are the perceptions of citizens and representatives about these alternatives? This panel is interested in the confrontation between political theory and actors’ perceptions on the matter of democracy considered beyond its two central pillars: parties; and elections.

Political theory has moved its focus towards participation and deliberation so much that the analysis of parties and elections has become a somewhat neglected topic (Pourtois 2015). Besides, existing research have rarely tackled the following question: could we do without parties and elections (Goodin, 2008 being an exception)? Are these merely unavoidable institutions or do they also possess specific virtues that should not be ignored? Do parties play an essential deliberative role by enabling the public confrontation of challenging visions of societies (Leydet 2015 ; Rummens 2016) ? Beyond their pacifying role (Przeworski, 2018), and despite their many flaws (Achen and Bartels, 2017), do elections possess epistemic virtues as deliberations do? Could we imagine a democracy that would only function with representatives drawn by lot and referendums?

And what do actors think? The analysis of the multiple expectations and conceptions of democracy formulated by citizens (Bengtsson and Mattila, 2009; Ferrín and Kriesi, 2016Hibbing and Theiss-Morse, 2002; Neblo et al., 2010) and representatives (Lefebvre, 2007; Mazeaud, 2014; Paoletti 2010) is a recent question still to be fully explored. Do those who are dissatisfied with existing institutions envision a democracy without parties and elections? Would they prefer the multiplication of other channels of participation around elections? Do they question the principle or the quality of representation? How do they perceive technocratic forms of government? The same questions can be asked about elected politicians, who are the incarnation of representative democracy. Whereas the issue of participative and deliberative democracy and its ‘routinisation’ in the political process has been extensively studied (Gourgues 2013; Mazeaud and Nonjon 2018 ; O’Miel 2015), their visions of democracy has rarely been directly investigated.

The aim of this section is to open a dialogue between political theory and empirical works about actors’ perceptions. This implies, firstly, to confront theoretical reflections about potential reforms to visions of citizens and representatives. It means, secondly, to enrich empirical research about actors’ perceptions with new approaches drawn from political theory. Beyond what citizens and representatives already know, how do they react to more surprising and radical proposals such as selection by lot, ‘liquid’ democracy or epistocracy? To conclude, this section aims at breaking down the barriers between the different fields of research on the mutations of (representative) democracy.

 

REFERENCES

Achen, Christopher H., et Larry M. Bartels. 2017. Democracy for Realists: Why Elections Do Not Produce Responsive Government. Princeton, New Jersey : Princeton University Press.

Armingeon, Klaus, et Kai Guthmann. 2014. « Democracy in Crisis? The Declining Support for National Democracy in European Countries, 2007–2011 ». European Journal of Political Research 53 (3): 423‑42.

Bengtsson, Åsa, et Mikko Mattila. 2009. « Direct Democracy and its Critics: Support for Direct Democracy and ‘Stealth’ Democracy in Finland ». West European Politics 32 (5): 1031‑48.

Dalton, Russell J. 2004. Democratic Challenges, Democratic Choices: the Erosion of Political Support in Advanced Industrial Democracies. Oxford: Oxford University Press.

Ferrin, Monica, et Hanspeter Kriesi. 2016. How Europeans View and Evaluate Democracy. Oxford: Oxford University Press.

Goodin, Robert E. 2008. « The Place of Parties ». In Innovating Democracy: Democratic Theory and Practice After the Deliberative Turn. Oxford : Oxford University Press: 204-223.

Gourgues, Guillaume. 2013. Les politiques de démocratie participative. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Hibbing, John R., et Elizabeth Theiss-Morse. 2002. Stealth democracy: Americans’ beliefs about how government should work. Cambridge : Cambridge University Press.

Lefebvre, Rémi. 2007. « Les élus : des acteurs peu dialogiques du débat public ». In Le débat public : une expérience française de démocratie participative, 207‑18. Paris : La Découverte.

Leydet, Dominique. 2015. « Partisan Legislatures and Democratic Deliberation ». Journal of Political Philosophy 23 (3): 235‑60.

Mazeaud, Alice, et Collectif. 2014. Pratiques de la représentation politique. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Mazeaud, Alice, et Magali Nonjon. 2018. Le marché de la démocratie participative. Vulaines-sur-Seine: Editions du Croquant.

Neblo, Michael A., Kevin M. Esterling, Ryan P. Kennedy, David M. J. Lazer, et Anand E. Sokhey. 2010. « Who Wants To Deliberate—And Why? » American Political Science Review 104 (3): 566‑83.

O’Miel, Julien. 2015. « Mirages de la démocratie. L’indétermination de l’action publique participative : Comparaison transnationale des politiques participatives des conseils régionaux du Nord-Pas de Calais et de Toscane. » Thèse, Lille 2.

Paoletti, Marion. 2010. « L’idéal démocratique face à ses tensions oligarchiques : de la démocratie locale à la parité ». Habilitation à Diriger des Recherches en Science Politique, Bordeaux: Université Montesquieu Bordeaux iv.

Pourtois, Hervé. 2018. « Démocratie délibérative et démocratie électorale », dans Manin, Bernard et Blondiaux, Loïc. (dir.), La démocratie délibérative et ses limites : un paradigme en perspectives et en débats, Paris, Presses de sciences po, à paraître.

Przeworski, Adam. 2018. Why Bother With Elections? Cambridge : Polity Press.

Rummens, Stefan. 2012. « Staging Deliberation: The Role of Representative Institutions in the Deliberative Democratic Process ». Journal of Political Philosophy 20 (1): 23‑44.

Axe 1 / Rapport des citoyens à la démocratie

Présidence de séance : Pierre-Étienne Vandamme (KU Leuven, Belgique)

Charlotte Dolez (Triangle, Sciences po Lyon), Régime, institutions et acteurs politiques : quelles sont les perceptions et les représentations des citoyens ? / Présenté par Guillaume Gourgues, Alice Mazeaud, Héloïse Nez, Jessica Sainty ou Julien Talpin

Guillaume Gourgues (Triangle, Université Lumière Lyon 2), Alice Mazeaud (CEJEP / Centre Emile Durkheim, Université de La Rochelle), Héloïse Nez (CITERES, Université de Tours), Jessica Sainty (LBNC, Université d’Avignon), Julien Talpin (CERAPS, Université de Lille), Comprendre la ‘résignation’ démocratique : une analyse qualitative du rapport des citoyens français à la démocratie / Présenté par Charlotte Dolez

Thomas Zicman de Barros (CEVIPOF, Sciences po Paris), Representing the non-represented: the rejection of parties and elected officials in Nuit Debout and the Gilets jaunes / Présenté par Camille Bedock, Tinette Schnatterer, Loïc Bonin ou Pauline Liochon

Camille Bedock (Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux), Tinette Schnatterer (Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux), Loïc Bonin (Université Paris Dauphine), Pauline Liochon (Université Paris Dauphine), Au-delà de la démocratie représentative : visions du système politique et réformes institutionnelles dans le mouvement des Gilets jaunes / Présenté par Thomas Zicman de Barros

Axe 2 / Citoyens, élites et innovations

Présidence de séance : Camille Bedock (CNRS, Sciences Po Bordeaux)

Ramon Van der Does (ISPOLE, UCLouvain), How citizens want to make democracy work:  a citizen perspective on democratic innovation / Présenté par Laetitia Ramelet

Vincent Jacquet (FNRS, UCLouvain), Christoph Niessen (UCLouvain & UNamur) & Min Reuchamps (ISPOLE, UCLouvain), Should sortition be introduced in parliament? A first empirical analysis of what Belgians citizens and parliamentarians think / Présenté par Céline Belot

Laetitia Ramelet (Centre de droit public, Université de Lausanne), What do election results reveal about citizens’ consent?  / Présenté par Ramon Van der Does

Céline Bélot (PACTE, Sciences po Grenoble), A la recherche du ‘bon citoyen’ européen. La commande d’enquêtes d’opinion comme révélatrice des théories profanes de la démocratie des élites communautaires / Présenté par Vincent Jacquet

BEDOCK Camille c.bedock@sciencepobordeaux.fr

BELOT Céline celine.belot@sciencespo-grenoble.fr

BONIN Loïc loic.bonin2@hotmail.fr

DOLEZ Charlotte charlotte.dolez@sciencespo-lyon.fr

GOURGUES Guillaume guillaume.gourgues@hotmail.com

JACQUET Vincent vincent.jacquet@uclouvain.be

LIOCHON Pauline pauline.lchn@gmail.com

MAZEAUD Alice alicemazeaud@yahoo.fr

NEZ Héloïse heloise.nez@gmail.com

NIESSEN Christoph christoph.niessen@uclouvain.be

RAMELET Laetitia laetitia.ramelet@unil.ch

REUCHAMPS Min min.reuchamps@uclouvain.be

SAINTY Jessica jessica.sainty@univ-avignon.fr

SCHNATTERER Tinette tinette.schnatterer@gmail.com

TALPIN Julien julien.talpin@univ-lille2.fr

VAN DER DOES Ramon ramon.vanderdoes@uclouvain.be

VANDAMME Pierre-Etienne pierre-etienne.vandamme@uclouvain.be

ZICMAN DE BARROS Thomas thomas.zicmandebarros@sciencespo.fr