le portail de la science politique française

rechercher

ST 61

Quelle(s) climatisation(s) des politiques publiques ?

Which climatisation(s) of public policy?

 

Responsables scientifiques :

Marie Hrabanski (Umr Artdev,CIRAD) marie.Hrabanski@cirad.fr
Yves Montouroy (LC2S, Université des Antilles) Yves.Montouroy@univ-antilles.fr

Une littérature foisonnante a émergé en sciences politiques sur les enjeux du changement climatique (Aykut, Dahan, 2011 ; Dahan et Guillemot, 2015 ; (Keohane, 2009, Keohane and Victor, 2010)(Bérard and Compagnon, 2014, Bertrand and Richard, 2014, Aykut and Evrard, 2017). Toutefois la question de la transversalité des politiques climatiques pourrait être davantage développée parce qu’un vaste mouvement de climatisation des politiques publiques sectorielles semble s’être engagé. Ainsi, toute une variété d’acteurs et des secteurs d’activité sont mis en responsabilité ou se sentent concernés, veulent être partie prenante de cette mise en politique publique et y faire prévaloir leurs préoccupations (Dahan, 2016 et 2018), que ce soit pour participer à la définition de nouvelles politiques climatiques ou à la climatisation des politiques existantes.

L’objet de cette section thématique sera d’identifier et de caractériser ces politiques publiques du climat, en analysant les interactions d’acteurs, institutions et instruments de politiques publiques, qui sont autant d’indices de la climatisation des politiques publiques. La volonté d’articulation découlant de la transversalité des enjeux climatiques, voire de mise en cohérence, confirme par ailleurs la dimension transcalaire de la gouvernance du climat (Bérard and Compagnon, 2014, Compagnon, 2009, Montouroy et Sergent, 2014, Compagnon, 2015). La sociologie politique vise, dès lors, à analyser les interactions entre cteurs, entre niveaux et entre secteurs dans la mesure où la transversalité des politiques accentue le processus de ‘’territorialisation’’ de l’action publique et par là même, remet en cause les frontières sectorielles historiquement constituées (Hassenteufel, 2011).

Les organisateurs accueilleront favorablement les propositions adoptant une perspective pluridisciplinaire et celles s’appuyant sur une enquête empirique. Les propositions de communication en anglais sont également les bienvenues.

Quatre axes de recherche transersaux seront privilégiés :

1) Fabrication de politiques climatiques ou climatisation de politiques sectorielles ?

A travers la question de la fabrication des politiques du climat, il s’agit d’instruire cette question complexe. Ces deux lectures sont-elles pertinentes et utiles ? Que recouvrent-elles ? Pour y répondre, ce premier axe renvoie aux modalités de fabrication des politiques publiques du climat, (quel policy process, quels acteurs…), aux logiques de coopération de concurrence ou de compétition entre acteurs et/ou secteurs peuvent émerger, et aux registres de justification et de légitimation (légitimation scientifique,poids économique…).

2) La climatisation des politiques par les instruments

La mise en instrument de l’action publique (Lascoumes et Le Galès, 2004 ; Halpern, Lascoumes et Le Galès, 2014) permet de saisir les enjeux et dynamiques autour de la coexistence de perceptions différentes d’un problème, la sélection d’instruments et leur mise en œuvre au sein de politiques sectorielles distinctes (Halpern, 2012 ; Smith, 2015). La mise en instrument est ici le point de fixation pour appréhender le défi posé par la transversalité et la coordination des politiques sectorielles (Mayntz, 1993, Bemelmans-Videc et al., 2011).

3/ La circulation des acteurs à travers les échelles global/secteur/territoire de la climatisation.

A l’interace entre différents secteurs, niveaux et/ou territoire de l’action publique, des acteurs peuvent faciliter la climatisation des politiques ou l’emergence de politiques climatiques. L’attention est accordée au profil sociologique de ces acteurs, à leurs intérêt et leurs stratégies, à leur position structurale (Lazega, 2013, Forsé, 2008), à leur appartance à des coalitions, à des communautés épistémiques qui font de ces courtiers ou encore de ces intermédiaires de l’action publique (Nay, Smith, 2002) des acteurs clés du changement.

4) Resister à la climatisation des politiques publiques.

Ce dernier axe de réflexion s’interressera aux processus de résistances à la climatisation des politiques publiques. Les différentes resssorts de cette entrée en resistance seront analysés.

 

This thematic section will address sociological aspects of the debate on the development and implementation of public policies regarding climate change adaptation. The aim is to enlighten the issue of climate-oriented public policy forms, scales and means of their implementation, as well as their limitations (Foyer, 2016)(Dahan, 2018, Dahan, 2016).

This initiative is the result of discussions on policies for agricultural adaptation to climate change in developing (Brazil, Colombia, Senegal and South Africa) and developed (France-Guadeloupe, USA and Spain) countries within the framework of several international research programmes (ANR ARTIMIX, MUSE TYPOCLIM). Beyond agriculture, these studies urge greater consideration of the issue on the existence of so-called ‘new’ climate policies, thus fuelling debate on the potential emergence of a new climate-oriented public policy sector. Our discussions also foster analysis of the idea of mainstreaming international climate change governance concepts in national (Biesbroeck et al., 2010) and local (Wilbanks, 2003) policies. This will involve studying the way stakeholders grasp this idea to build innovative transectoral climate policies, place climate issues at the core of already implemented policies, or resist all change.

Previous publications on policy mixes (Howlett, 2004; Howlett and Rayner, 2007; Flanagan, 2011; Lambin et al., 2012) have contributed to the analysis of public policies that span one or several public policy sectors, and in turn strive to consolidate sectoral policy targets and instruments at different levels. Such studies should, however, now be followed up by accurate and diversified empirical studies. The focus of this thematic section will thus be on pooling presentations that aim to enlighten the issue of orienting public policy in favour of climate concerns, and thus to analyse interactions between sectors and climate policies through institutions, stakeholders and their frames and via public policy instruments, which are indicators for orienting public policy to address climate concerns. Moreover, the aim of consolidating and ensuring the consistency of the different policy sectors is expressed at several scales at once (global, national and local), thus confirming the transcalar dimension of climate governance (Bérard and Compagnon, 2014, Montouroy and Sergent, 2014; Compagnon, 2009, Compagnon, 2015). Political sociology consequently focuses on analysing inter-level and -sector interactions, such that “transversal policies enhance the ‘territorialization’ process regarding public policy and activity areas, in turn challenging historically established sectoral boundaries” (Hassenteufel, 2011)

 

REFERENCES

AYKUT, S., DAHAN, A. 2011. Le régime climatique avant et après Copenhague : sciences, politiques et l’objectif des deux degrés ». Natures Sciences Sociétés,144-157.

AYKUT, S., EVRAD, A. 2017. Une transition pour que rien ne change ? Changement institutionnel et dépendance au sentier dans les « transitions énergétiques » en Allemagne et en France. Revue internationale de politique comparée, 17-49.

BEMELMANS-VIDEC, M.-L., RIST, R. C. & VEDUNG, E. O. 2011. Carrots, sticks, and sermons: Policy instruments and their evaluation, Transaction Publishers.

BÉRARD, Y., COMPAGNON, D. 2014. Politiques du changement climatique: des controverses scientifiques à l’action publique. Critique internationale, 9-19.

BIESBREOCK, G.R., TERMEER, C.J., KLOSTERMANN, J.E. and KABAT, P. 2013. Analytical lenses on barriers in the governance of climate change adaptation. Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change, 1-22.

COMPAGNON, D. Les défis politiques du changement climatique: de l’approche des régimes internationaux à la gouvernance transcalaire globale. Journée d’études Changements climatiques et défis du droit, 2009.

COMPAGNON, D. 2015. Réalité multiscalaire et articulations multiniveaux dans la gouvernance environnementale globale. L’Enjeu mondial. Presses de Sciences Po (PFNSP).

DAHAN, A. 2016. La gouvernance du climat: entre climatisation du monde et schisme de réalité. L’Homme et la Société, 79-90.

DAHAN, A. 2018. La climatisation du monde. Esprit, 75-86.

DAHAN, A., GUILLEMOT, H. 2015. Les relations entre science et politique dans le régime climatique : à la recherche d’un nouveau modèle d’expertise ?. Natures Sciences Sociétés, 6-18.

FLANAGAN, K., UYARRA, E., LARANJA, M. 2011. Reconceptualising the ‘policy Mix’ for Innovation. Research Policy, 702–13.

FORSE, M. 2008. Définir et analyser les réseaux sociaux: Les enjeux de l’analyse structurale. Informations sociales, 10-19.

FOYER, J. 2016. Le climat comme fait socio-environnemental total, une analyse à chaud de la Cop 21.

Axe 1 / La climatisation des politiques internationales et nationales

Président de séance : Marie Hrabanski (Artdev, CIRAD)
Discutant : Carola KLOECK (CERI, CNRS)

Introduction, Marie Hrabanski, Yves Montouroy. Gouvernance transcalaire des politiques climatiques et policy mix.

Daniel Compagnon (Centre E.Durkheim, Sciences po Bordeaux), Les avatars du marché d’émissions à l’OACI + comparaison avec transport maritime

Adrien Esteve (CERI, sciences po Paris), De la climatisation à la sécurisation ? Le changement climatique dans les politiques de défense en France

Patrice Bigombe Logo et Dieudonné Toukéa (Cerad, Université de Douala-Cameroun), L’intégration de la lutte contre les changements climatiques dans les politiques publiques au Cameroun : A la recherche d’un cadre d’action pour une action publique climatique efficace

Axe 2 / La territorialisation des politiques climatiques

Président de séance : Yves Montouroy (LC2S, Université des Antilles)
Discutant : Alice Mazeaud (LIENSs, Université de La Rochelle)

Fanny Howland, Jean François Le Coq (Artdev, CIAT Colombie), Prise en compte de l’enjeu climatique dans les politiques en Colombie : de la gestion du risque à l’adaptation au changement climatique

Glenn Mainguy (Centre Emile Durkheim, Labex Cote), Charles De Godoy Leski (Irstea, Labex Cote), et Denis Salles (Irstea, Labex Cote), Les politiques publiques sous influence climatique : le cas des métropoles estuariennes

Laura PARVU (Doctorante-A.T.E.R. en Science Politique au LaSSP- IEP de Toulouse), Quel climat font-ils à Toulouse ? La fabrique des politiques climatiques sur le territoire de la métropole toulousaine

Guillaume Rieu (LIENSs, Université de La Rochelle), La climatisation différenciée des politiques locales de gestion du risque de submersion marine en Charente-Maritime

BIGOMBE LOGO Patrice patricebigombe@hotmail.com

COMPAGNON Daniel Daniel Compagnon <d.compagnon@sciencespobordeaux.fr>

DE GODOY Charles charles.de-godoy-leski@irstea.fr

ESTEVE Adrien adrien.esteve@sciencespo.fr

HOWLAND Fanny f.c.howland@cgiar.org

HRABANSKI Marie Marie.hrabanski@cirad.fr

KLOECK Carola carola.kloeck@sciencespo.fr

LE COQ Jean-François jean-francois.le_coq@cirad.fr

MAINGUY Glenn mainguyglenn@gmail.com

MAZEAUD Alice alicemazeaud@yahoo.fr

MONTOURY Yves Yves.Montouroy@univ-antilles.fr

PARVU Laura laurette_ro@yahoo.com

RIEU Guillaume guillaume.rieu1@univ-lr.fr

SALLES Denis denis.salles@irstea.fr

TOUKEA Dieudonné dtoukea@yahoo.fr