le portail de la science politique française

rechercher

Congrès 2019

ST GA « Savoirs, disciplines, pouvoirs »

Savoirs, disciplines, pouvoirs : disciplinarisation des conduites, politisation des savoirs savants

Knowledge, Discipline, Power : Disciplinarization of Behaviours, Politization of academic Knowledge

 

ST du Groupe AFSP « Savoirs, disciplines, pouvoirs »

Responsables scientifiques :

Jean-Baptiste Devaux (Triangle UMR 5206) jeanbaptiste.devaux@sciencespo-lyon.fr
Rachel Vanneuville (Triangle UMR 5206) rachel.vanneuville@wanadoo.fr
Laurent Willemez (Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire Printemps UMR 8085) laurent.willemez@uvsq.fr

La nouveauté de ce groupe nous conduit à proposer pour le congrès de Bordeaux deux thématiques relativement distinctes : l’une sur l’appropriation des dispositifs et des savoirs visant à discipliner les conduites, l’autre sur la manière dont des savoirs savants participent de l’action politique. En affichant ces deux voies de mise en œuvre du vaste programme que constitue l’intitulé de ce groupe, nous voulons ainsi mettre en discussion les manières de relier sociologie de l’action publique, sociologie des institutions et sociologie des sciences et de l’expertise. Nous profitons également de cet appel pour inviter les personnes intéressées par cette thématique à nous contacter, de façon à engager une discussion sur les futures manifestations du groupe.

1) Comment les conduites sont-elles disciplinées ?

De nombreux travaux ont mis en lumière la manière dont un ensemble d’institutions s’efforcent de discipliner leur public, via des dispositifs ou des savoirs experts destinés à gouverner les conduites et les pratiques. C’est la question des effets concrets de ces institutions, dispositifs ou savoirs sur les conduites des publics auxquels ils s’adressent que nous souhaitons ici poser pour interroger leur dimension « constitutive », c’est-à-dire la manière dont ils (in-)forment effectivement les pratiques sociales en orientant les façons de faire, de dire, de (se) penser. On se demandera ainsi par quels processus une action à visée disciplinante est appropriée par les individus ou les groupes qu’elle cible et sur lesquels elle est censée produire des effets : quels sont ces effets ? Constate-t-on des formes de « conversion identitaire » ? A quelles conditions et selon quelles modalités reconfigurent-ils les conduites ?

Les communications pourront porter sur un ensemble de dispositifs et de savoirs à destination de publics variés, sachant que les « gouvernant.es » sont aussi « gouverné.es ». Elles s’appuieront sur un matériau empirique permettant de décrire finement la réalité de leurs effets sur les publics concernés autant que sur ceux et celles qui élaborent et mettent en œuvre ces dispositifs et ces savoirs.

2) Comment les revues et collectifs savants deviennent-ils des espaces de politisation ?

Les études sur l’administration et le gouvernement des sociétés se sont enrichies depuis près d’une vingtaine d’années des travaux menés sur les interactions entre savoirs académiques et conduite de l’action publique. Cela a notamment permis de mettre en lumière le rôle joué par les sciences et savoirs dans le processus de rationalisation de l’action des gouvernants. Les dispositifs savants étudiés sont pour beaucoup le produit d’une forme de militantisme scientifique dont l’une des manifestations est la production de revues. Consacrées depuis la fin du XIXe siècle comme l’un des supports participant de la diffusion de savoirs et de la reconnaissance de leur scientificité, celles-ci constituent des espaces singuliers pour observer les savoirs dans leur mise en œuvre, leur circulation et leurs éventuels effets sur l’action publique.

Cette seconde session vise à susciter de nouvelles analyses sur ces revues et les collectifs qui les portent pour interroger les conditions de la circulation des savoirs et de leur importation en politique. Par quels moyens les revues sont-elles investies par des acteurs ambitionnant non seulement d’agir dans les champs scientifique et intellectuel mais visant également à offrir de nouveaux outils à destination du politique ? En retour, comment ces espaces sont-ils investis par les acteurs politiques ? Dans quelle mesure la transformation des règles structurant les pratiques des revues (évaluation par les pairs, ranking, mise en ligne…) reconfigure-t-elle la production de savoirs politiques ?

Les communications porteront sur l’étude de ces revues et des espaces savants sur lesquels elles s’appuient. Fondées sur un matériau empirique, elles mettront en évidence les processus concrets par lesquels des acteurs savants participent de la mise en ordre du politique.

 

To start this new AFSP group, we propose to discuss two distinct objects, one related to disciplined behaviors, the other to the relationship between expert knowledge and policies. In doing so, we aim at bringing together the sociologies of public policy, of institutions, as well as of science and expertise. We also seize the opportunity of this call for proposals to invite those interested by the “Knowledge-Discipline-Power” group to contact us, in order to exchange about its future activities.

1/ How do conducts get disciplined?

Scholarship has for long shed light on the ways numerous institutions intend to discipline their public, by using apparatus or expert knowledge dedicated to govern individual’s conducts.

We aim at analyzing the effects of these apparatus or knowledge on target public in order to question their “constitutive” dimension, that is to say: the ways in which these tools and knowledge shape people’s minds, practices, and social relations. The bottom line is to put into question the process by which disciplinary-intended actions are seized over by targeted individuals or groups, and have effects on them: what are these effects? Do they lead to “identity conversion”? Under which conditions and by which means are conducts reshaped?

Papers could focus on various apparatus and knowledge dedicated to diverse audiences, keeping in mind that “governants” are also “governed”. They should rely on empirical investigation and precisely describes the reality of their effects on addressees as well as on people who shape and implement these apparatus and knowledge.

2/ How do scientific journals and scientific communities become places of politization?

For twenty years, scholarship on public administration and the government of societies has deeply investigated the relationship between academic knowledge and the making of public policies. As a result, the role of expert knowledge and science in the rationalization of policies has been put to the fore. In particular, the creation of scientific journals appears as an important resource in the mobilization of academics and experts. Indeed, since the late nineteenth century, journals have been major tools in the diffusion and legitimization of knowledge. As such, they are key places to observe the shaping of knowledge, its mode of circulation and its potential impact on policies.

This second session aims at raising new analyses on scientific journals and the communities that sustain them in order to question the ways knowledge circulates and is imported into policies. How do actors who intend to act upon scientific and intellectual fields but also to elaborate new tools for public policies get invested in scientific journals? Similarly, how do political actors position themselves in these spaces? To what extent changes in editorial practices (peer evaluation, ranking, online publishing…) modify the production of political knowledge?

Papers are expected to focus on scientific journals and the scientific communities on which they rely. Based on empirical investigation, they will shed light on the concrete process through which learned actors participate in the shaping of political order.

Axe 1 / Discipliner les conduites : logiques d’appropriation et formes de résistance

Président.e : Eve Seguin (Université du Québec à Montréal – UQVAM)
Discutants : Claude Martin (Arènes-UMR 6051, EHESP, Université de Rennes) et Yohan Selponi (LaSSP IEP de Toulouse)

Marie-Charlotte Allam (Pacte UMR 5194, Université Grenoble Alpes), Résister à la discipline pédagogique. Les pratiques des enseignants de la Villeneuve à Grenoble face au gouvernement des conduites éducatives (1972-2005)

Olivia Chambard (CMH UMR 8097, ENS-EHESS), Une discipline académique émergente comme outil de la disciplinarisation des conduites? Le cas de l’entrepreneuriat

Lila Le Trividic Harrache (Arènes UMR 6051, Université de Rennes), Discipliner les acteurs scolaires par la « bienveillance »? Analyse d’une pédagogie d’établissement et de son appropriation dans un lycée « de la périphérie »

Guillaume Roux (Pacte UMR 5194 -FNSP, Université Grenoble Alpes), La réception du ciblage policier des « quartiers sensibles » par leurs habitants. Normalisation, infériorisation et savoirs ordinaires concernant la police

Florent Schmit (Cermès3 UMR 8211, École Doctorale de Santé Publique de l’Université Paris XI), Une gouvernementalité limitée des corps. L’appropriation différenciée des règles de prévention chez les usagers/ères de drogues par voie intraveineuse

Axe 2 / Les revues et les collectifs savants comme espaces de politisation

Présidente : Martine Kaluszynski (Pacte UMR 5194, Université Grenoble Alpes)
Discutants : Jean-Baptiste Devaux (Triangle UMR 5206 Lyon) et Pascal Ragouet (Centre Emile Durkheim UMR 5116, Université de Bordeaux)

Hugo Canihac (Université Saint-Louis, Bruxelles), Passer l’Europe en revues. Eléments de socio-histoire des premières revues d’études européennes en Allemagne, France et Royaume-Uni

Anne-Claire Collier (CNAM Paris), Les études postcoloniales : enjeux méthodologiques de l’étude des revues par le prisme circulatoire

Valérie Lozac’h (SAGE UMR 7363, Université de Strasbourg), Des sciences administratives au management public. La contribution des revues à la managérialisation de l’Etat en Allemagne

Alexia Venouil (CESDIP UMR 8183), Les canaux de diffusion des savoirs spécialisés sur la prison. Une comparaison Canada-France

Léo Vennin (CERDAP, IEP de Grenoble), L’éducation populaire, de la nébuleuse au réseau d’action publique : formaliser des savoirs pour légitimer une position de partenaire des pouvoirs publics

ALLAM Marie-Charlotte Marie-charlotte.allam@umrpacte.fr

CANIHAC Hugo hugocanihac@gmail.com

CHAMBARD Olivia oliviachambard@hotmail.com

COLLIER Anne-Claire anneclaire.collier@gmail.com

DEVAUX Jean-Baptiste jeanbaptiste.devaux@sciencespo-lyon.fr

KALUSZYNSKI Martine martine.kaluszynski@umrpacte.fr

LE TRIVIDIC HARRACHE Lila lilaletrividic@gmail.com

LOZAC’H Valérie valerie.lozach@misha.fr

MARTIN Claude Claude.Martin@ehesp.fr

RAGOUET Pascal pascal.ragouet@u-bordeaux.fr

ROUX Guillaume guillaume.roux@umrpacte.fr

SCHMITT Florent florent.schmitt@u-psud.fr

SEGUIN Eve eseguin22@yahoo.com

SELPONI Yohan yohan.selponi@posteo.net

VANNEUVILLE Rachel rachel.vanneuville@wanadoo.fr

VENNIN Léo leo.vennin@etu-iepg.fr

VENOUIL Alexia alexia.venouil@gmail.com

WILLEMEZ Laurent laurent.willemez@uvsq.fr