le portail de la science politique française

rechercher

ST 01

La professionnalisation de l’action publique climatique locale

The Professionalization of Local Climate Policymaking

 

Responsables scientifiques :

Alexis Aulagnier (Centre Émile Durkheim) alexis.aulagnier@gmail.com
Alice Mazeaud (Rochelle Université, LIENSS) alice.mazeaud01@univ-lr.fr

 

Les enjeux climatiques occupent une place de plus en plus importante au sein des agendas politiques, notamment à l’échelon local. Les politiques climatiques à cette échelle prolifèrent, qu’elles soient formulées en termes d’atténuation ou d’adaptation. Elles répondent à des injonctions législatives et réglementaires de plus en plus nombreuses ou sont initiées de manière  volontaires sous l’impulsion d’élu.es ou à la faveur de la mise à l’agenda de problèmes climatiques locaux (submersion marine, canicule). L’enjeu climatique tend ainsi à reconfigurer l’action environnementale des collectivités territoriales, jusqu’alors largement cadrée autour de la thématique du développement durable (Béal, 2011).

L’objectif de cette section thématique est d’étudier cette action publique climatique locale sous l’angle de sa professionnalisation. La littérature internationale sur les politiques climatiques locales est abondante, comme l’attestent des travaux comparatifs à grande échelle (Fuhr et al., 2018; Reckien et al., 2018). Plusieurs enquêtes ont également été menées sur le cas français (Yalçın et Lefèvre, 2012; Bertrand et Richard, 2014; Lioubimtseva et da Cunha, 2020). On sait pourtant peu de choses sur les profils et les conditions d’activité des acteurs qui conçoivent et mettent en œuvre ces politiques climatiques locales. De la même manière, la façon dont l’impératif climatique affecte l’organisation des services des collectivités ou des administrations déconcentrées de l’État a peu été investiguée (a contrario, Molina, 2012). Or, plusieurs travaux récents ont mis en évidence la fécondité d’un croisement des regards entre sociologie de l’action publique et sociologie des professions ou des groupes professionnels (Mazeaud et Nonjon 2018 ; Barrier et Castel 2019). Les communications pourront aborder plusieurs dimensions :

  • On pourra s’interroger sur les modalités de mise en administration de ces politiques nouvelles. Comment l’action climatique recompose-t-elle les organigrammes des collectivités territoriales, et en particulier l’organisation des services en charge des enjeux environnementaux ? Comment les acteurs en charge de la lutte contre le réchauffement climatique imposent-ils cette thématique aux professionnels investis de missions plus ancrées à ce niveau d’action publique (aménagement, habitat, mobilité) ? Comment construisent-ils leur territoire bureaucratique ? Par quels moyens celui-ci est-il défendu, solidifié ?
  • Agir sur le climat nécessite la mobilisation de connaissances et de savoir-faire particuliers, que ce soit au niveau de la représentation de la problématique climatique ou de la sélection puis mise en œuvre d’instruments dédiés. On peut alors s’interroger sur les dynamiques épistémiques qui ont lieu autour de l’action climatique locale. Quels sont les savoirs et savoir-faire de l’action climatique ? Quel est le poids respectif des agents des collectivités territoriales, des services de l’État, des bureaux d’études ou autres acteurs privés dans la fabrique de ces politiques climatiques ?
  • Le développement des politiques climatiques locales s’inscrit dans les mécanismes de standardisation des agendas environnementaux locaux (Halpern, 2020). Néanmoins, on peut s’interroger sur la façon dont l’injonction climatique travaille l’activité des élu.es et de leurs entourages, et les relations qu’ils entretiennent avec les professionnel.les de l’action climatique. Dans quelle mesure les élu.es se professionnalisent-ils sur ces questions ? Comment, et dans quelles conditions, parviennent-ils à politiser l’enjeu climatique ?

L’enjeu de cette section thématique est de rassembler des travaux abordant les politiques climatiques locales en s’intéressant aux dynamiques et pratiques professionnelles et administratives. Il s’agit de rendre compte du profil et de l’activité de celles et ceux qui mettent à l’agenda et mettent en œuvre les politiques climatiques, mais également d’éclairer ce que les injonctions climatiques font aux acteurs de l’action publique.

 

Climate issues are becoming increasingly important on political agendas, especially at the local level. Climate policies at this scale are proliferating, whether they are formulated in terms of mitigation or adaptation. They respond to an increasing number of legislative and regulatory injunctions or are initiated voluntarily under the impetus of elected officials or as a result of local climate problems being put on the agenda (marine submersion, heatwave). The climate issue is beginning to reshape the environmental action of local authorities, which until now has been largely framed around the theme of sustainable development (Béal, 2011).

The aim of this thematic section is to approach local climate public action from a singular perspective: that of its professionalization. The international literature on local climate policies is abundant, as evidenced by large-scale comparative works (Fuhr et al., 2018; Reckien et al., 2018). Several investigations have also been conducted on the French case (Yalçın and Lefèvre, 2012; Bertrand and Richard, 2014; Lioubimtseva and da Cunha, 2020). Yet, little is known about the profiles and the activities of the actors who design and implement these policies. Similarly, little research has been led on how the climate imperative affects the organization of local government services or decentralized state administrations (a contrario, Molina, 2012). Recent works have highlighted the fruitfulness of combining the sociology of public action with the sociology of professions or professional groups (Mazeaud and Nonjon 2018; Barrier and Castel 2019). Papers for this section may address several dimensions of this phenomena:

  • Climate issues are transversal. We can therefore investigate the way these policies reshape the organization charts of local authorities, and in particular the organization of departments in charge of environmental issues. How do the actors in charge of the fight against global warming impose this theme on professionals invested with missions that are more deeply anchored at this level of public action (planning, housing, mobility)? How do they construct their bureaucratic territory? By what means is it defended and consolidated?
  • Acting on the climate requires the mobilization of specific knowledge and expertise, whether to represent climate issues at a local level or to select and implement dedicated instruments. Research can therefore investigate the epistemic dynamics that take place around the proliferation of climate local policies. What is the knowledge and expertise of climate action? Who are the actors who design, produce and implement climate policies, both within and outside of territorial administrations? What are the respective roles of the agents of local authorities, State services, consultancy firms or other private actors in the making of these climate policies?
  • The development of local climate policies plays an important part in the standardization of local environmental agendas (Halpern, 2020). Nevertheless, we can question the way in which climate change affects the activity of elected officials and their entourages, as well as the relations they maintain with climate action professionals. To what extent are elected officials becoming professionals of these issues? How, and under what conditions, do they manage to politicize the climate issue?

The aim of this thematic section is to bring together research analyzing the increasing importance of climate in local public action and to do so from the perspective of professional dynamics and practices. We intend to generate an analysis of the profile and activity of those who put climate policies on the agenda and implement them, but also to shed light on what the climate imperative does to the actors of public action.

 

Références / References

– Barrier J., Castel P., 2019. « Sociologie des professions et politiques publiques », in Boussaguet, L. et al. dir., Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences Po, pp. 594-600.
– Béal V., 2011. Les politiques du développement durable. Gouverner l’environnement dans les villes françaises et britanniques (1970-2010), Thèse pour le doctorat en science politique, Université de Saint-Etienne.
– Bertrand, F., Richard, E., 2014. « L’action des collectivités territoriales face au « problème climat » en France : une caractérisation par les politiques environnementales ». Natures Sciences Sociétés, 22, pp. 195–203.
– Fuhr, H., Hickmann, T., Kern, K., 2018. « The role of cities in multi-level climate governance: local climate policies and the 1.5°C target ». Current opinion in Environmental Sustainability, 30, pp. 1–6.
– Halpern C., 2020. « L’agenda environnemental des municipalités ». L’Économie politique, 85, pp. 87-98.
– Lioubimtseva, E., da Cunha, C., 2020. « Local climate change adaptation plans in the US and France: Comparison and lessons learned in 2007-2017 ». Urban Climate, 30.
– Mazeaud A., Nonjon M., 2018. Le marché de la démocratie participative, Éditions du Croquant.
– Molina G., 2012, « Lutte contre le réchauffement climatique : les acteurs de l’aménagement entre coopération, reconversion et concurrence », Métropolitiques.
– Reckien, D., et al., 2018. « How are cities planning to respond to climate change? Assessment of local climate plans from 885 cities in the EU-28 ». Journal of Cleaner Production, 191, pp. 207–219.
– Yalçın, M., Lefèvre, B., 2012. « Local Climate Action Plans in France: Emergence, Limitations and Conditions for Success ». Environmental Policy and Governance, 22, pp. 104-115.

Angèle Launay (Laboratoire espaces travail – Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement, communauté de communes du Clunisois), Juridictions professionnelles à l’épreuve de la transversalité – Concilier l’intime et l’intérêt général pour l’accompagnement à la rénovation énergétique de l’habitat.
Discutant : Andy Smith (IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim)

Sofia Guevara Viquez (Université de Tours Laboratoire CITERES – Cités, Territoires, Environnement et Société – UMR 7324), Mathilde Gralepois (Université de Tours Laboratoire CITERES), Jérôme Cardinal (Université de Tours
Laboratoire CITERES), Marie Fournier (Conservatoires des Arts et Métiers Laboratoire GeF – Géomatique et Foncier – EA 4630), Concilier territoire et risque. Étude du rôle des bureaux d’étude dans la construction des PPRI en milieu urbain.
Discutant : Daniel Compagnon (IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim)

Adrien Mollaret (Laboratoire Pacte, Université Grenoble Alpes), L’activisme institutionnel au cœur de l’action publique locale en faveur de l’environnement
Discutant : Andy Smith (IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim)

Tamara Espiñeira, Urban diplomacy as a vector of climate professionalization of local authorities: the case of C40 City Advisers
Discutant : Daniel Compagnon (IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim)

AULAGNIER Alexis alexis.aulagnier@gmail.com

CARDINAL Jérôme jerome.cardinal@univ-tours.fr

COMPAGNON Daniel d.compagnon@sciencespobordeaux.fr

ESPINEIRA Tamara tamara.espineira@gmail.com

FOURNIER Marie marie.fournier@lecnam.net

GRALEPOIS Mathilde mathilde.gralepois@univ-tours.fr

GUEVARA VIQUEZ Viquez Sofia sofia.guevara@univ-tours.fr

LAUNAY Angèle launay.angele@googlemail.com

MAZEAUD Alice alice.mazeaud01@univ-lr.fr

MOLLARET Adrien adrien.mollaret@umrpacte.fr

SMITH Andy a.smith@sciencespobordeaux.fr