le portail de la science politique française

rechercher

ST 12

Au cœur du policy state. Interdépendances, concurrence, accumulation et intégration entre politiques publiques

Inside the Policy State. Interdependencies, competition, accumulation and integration between public policies

 

Responsables scientifiques :

Philippe Bezes (CEE, Sciences Po, CNRS) philippe.bezes@sciencespo.fr
Patrick Le Galès (CEE, Sciences Po, CNRS) patrick.legales@sciencespo.fr

 

Les historiens et politistes nord-américains Orren et Skowronek (2018) ont défendu l’idée que le XXème siècle avait vu s’affirmer un « Etat de politiques publiques » (policy state) marqué par l’expansion massive des politiques publiques dans de nombreux domaines et l’émergence d’un art de gouverner spécifique centré sur l’efficacité de l’action publique. En France, Rousselier (2015) dresse un constat similaire décrivant la montée en puissance des politiques publiques comme un ressort puissant de la transformation de l’Etat et de l’exécutif dans la première moitié du XXème siècle. Ainsi, un fait marquant et sans doute sous-estimé caractérisant l’Etat contemporain serait la démultiplication des politiques publiques, dans l’espace national mais aussi international et transnational. Caractérisant la période contemporaine, Adam, Hurka, Knill, Steinebach (2019) décrivent, eux, des Etats désormais structurés par l’accumulation des politiques et s’interrogent sur les effets de de cette profusion, notamment pour la redevabilité démocratique.

Cette section thématique suggère de prendre au sérieux cette idée d’une multiplication de politiques publiques en étudiant les phénomènes d’interdépendance entre elles et leurs effets. Historiquement, les policy studies ont valorisé des perspectives sectorielles en silos. Au contraire, en acceptant l’idée que les espaces sociaux et politiques sont traversés – voire saturés – de multiples injonctions, normes, ressources et contraintes émanant de politiques publiques variées, cette ST veut rassembler des enquêtes rendant compte de formes multiples d’interdépendances entre politiques publiques à différents degrés d’interaction et d’agrégation. Nous faisons l’hypothèse que cette focale peut contribuer à renouveler l’analyse des politiques publiques et la sociologie de l’Etat et qu’elle soulève aussi des questions de méthodes, de mesure, de comparaison, d’articulation d’échelles et de temporalités.

Certaines recherches récentes ont approché cet enjeu en étudiant des dynamiques d’intégration et de coordination des politiques publiques (Tosun, Lang, 2017 ; Trein, 2018 ; Trein, Meyer, Maggetti, 2019). Mais ces perspectives ne recouvrent qu’une partie des interdépendances qui existent entre politiques et restent centrées sur des dispositifs intentionnels d’articulation, parfois marqués par l’idéal normatif d’une mise en cohérence de l’action publique. Par contraste, la ST veut explorer deux autres formes d’interdépendances et d’interactions entre politiques publiques : la concurrence et l’accumulation. Il s’agira, d’un côté, d’étudier la manière dont des politiques publiques se concurrencent entre secteurs (économie, écologie, éducation, agriculture, social, etc.) autour d’un même objet, entre elles ou par effet collatéral de l’une sur l’autre. Comment des politiques favorisent-elles dans un secteur des orientations que d’autres politiques défont dans d’autres secteurs ? Comment certaines se renforcent-elles parfois tandis que d’autres se contredisent et se concurrencent au point de saper les fondements d’une action gouvernementale ? Il s’agira, d’un autre côté, de réfléchir aux dynamiques d’accumulation de politiques publiques dans certains secteurs (transition écologique, urbain, social, sécurité, alimentation, etc.) ou sur un même objet. Comment rendre compte des formes variées d’accumulation (empilement, conflits, synergie involontaire, coordination, intégration, etc.), de leurs enjeux et des logiques à l’œuvre dans ces processus ? Quels effets ces interactions produisent-elles sur les institutions qui les portent, les politiques publiques concernées, les objectifs qu’elles poursuivent et les publics qui en sont les bénéficiaires ou les assujettis ?

Cette section thématique accueillera des communications interrogeant ces interdépendances entre politiques publiques, en France et à l’international et à des niveaux variés (européen, national, local).

 

North American political scientists and historians Orren and Skowronek (2018) have written that the twentieth century saw the emergence of a ‘policy state’ characterized by the massive expansion of public policies in many fields and the emergence of a specific art of governing centered on the effectiveness of public action. In France, Rousselier (2015) reaches similar results when describing the growth of public policies as a strong driver of the transformation of the State and the political executive in the first half of the 20th century. Thus, a striking and undoubtedly underestimated fact characterizing the contemporary State would be the multiplication of public policies at the national but also international and transnational level. Analyzing the contemporary period, Adam, Hurka, Knill, Steinebach (2019) describe states now structured by policy accumulation and question the effects of this profusion, particularly for democratic accountability.

This thematic panel suggests taking seriously the idea of a multiplication of public policies by studying the interdependences between them and their effects. Historically, policy studies have strongly valued sector-based perspectives in silos. By contrast, if one accepts the idea that social and political spaces are organized – or even saturated – by multiple injunctions, norms, resources and constraints emanating from various public policies, this session proposes to collect and discuss research that account for multiple forms of interdependencies between public policies at different degrees of interaction and aggregation. We hypothesize that this focus can contribute to renewing public policy analysis and the sociology of the state as well as it raises questions of methods, measurement, comparison, scale and temporality.

Some recent research has addressed this issue by studying the dynamics of integration and coordination of public policies (Tosun, Lang, 2017; Trein, 2018; Trein, Meyer, Maggetti, 2019). But these perspectives only cover part of the interdependencies that exist between policies and remain focused on intentional mechanisms of articulation, sometimes marked by the normative ideal of coherent policy initiatives. In contrast, this set of panels seeks to explore two other forms of interdependencies and interactions between public policies: competition and accumulation. On the one hand, we want to explore the ways public policies compete between sectors (economy, ecology, education, agriculture, social, etc.) around the same object, among them or simply by collateral effect of one on the other. How do policies in one sector promote directions that other policies in other sectors undo? How do some policies coordinate and sometimes reinforce each other while others contradict and compete with each other to the point of undermining the foundations of government action? On the other hand, we propose to study the dynamics of accumulation of public polices in certain sectors (ecological transition, urban, social, security, food, etc.) or on the same subject. How can we account for the various forms of accumulation (piling up, conflicts, involuntary synergy, coordination, integration, etc.), the issues at stake and the logics at work in these processes? What effects do these interactions produce on the institutions that support them, their public policies, the objectives they pursue and the publics that are the beneficiaries or regulated of these policies?

This set of thematic panels will therefore welcome papers questioning these interdependencies between public policies, in France, in Europe, and in the rest of the world, at various levels (European, national, local).

Axe 1 / Les politiques publiques en régime de concurrence

Présidente : Eve Fouilleux (LISIS, CNRS, Cirad-MoISA)
Discutants : Philippe Bezes (CEE, Sciences Po) et Patrick Le Galès (CEE, Sciences Po)

Kevin Bernard (IRIS, EHESS/ENS), Camille Herlin-Giret (CERAPS, Université de Lille), Le gouvernement des dépenses fiscales. Concurrences de niches

Jeanne Bouyat (DPIR, Oxford University, CERI, Sciences Po), La Home Affairs-isation de l’Ecole : comment la coproduction de l’identification des élèves reflète l’alignement du mandat de l’institution scolaire sur celui du Ministère des Affaires Intérieures en Afrique du Sud

Charlotte Glinel (CSO, Sciences Po), Le carbone, la biodiversité et les forestiers. L’action publique forestière comme objet de définitions antagonistes

Pierre-Louis Mayaux (CIRAD, UMR G-EAU), Policy State et légitimité politique au Maroc : des politiques d’irrigation en sur-régimes

Tibissaï Guevara-Braun (Triangle, ENS de Lyon), Concurrences entre politiques européennes sur le terrain albanais : le chevauchement de la construction du marché commun de l’électricité et de la politique de protection de la biodiversité dans le contexte de l’élargissement européen

Tanguy Levoyer (IRISSO, PSL – Université Paris-Dauphine), Intérieuriser » la politique d’immigration et d’intégration par la rationalisation budgétaire. La RGPP et la création du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale (2007-2010)

Axe 2 / Les politiques publiques en régime d’accumulation

Présidente : Claire Dupuy (ISPOLE, UCLouvain)
Discutants : Philippe Bezes (CEE, Sciences Po) et Patrick Le Galès (CEE, Sciences Po)

Alexis Aulagnier (CED, Sciences Po Bordeaux), Daniel Compagnon (CED, Sciences Po Bordeaux), Alice Mazeaud (LIENSs, Université La Rochelle) et Andy Smith (CED, Sciences Po Bordeaux), Quand changer d’échelle ne facilite pas l’articulation gouvernementale : le cas de l’action climatique locale en Nouvelle Aquitaine

Sylvain Barone (G-EAU, INRAE), L’Etat entre accumulation de politiques publiques et défis de l’anthropocène

Sophie Dubuisson-Quellier (CSO, Sciences Po), La difficile contention des politiques alimentaires. La sectorisation des politiques publiques face aux enjeux de transversalité

Valérie Icard, Jacques de Maillard (CESDIP, Université de Versailles Saint-Quentin UVSQ), Vers un renouvellement de la prévention de la délinquance ? Entre social, éducation, répression et justice: les dispositifs d’échange d’informations nominatives

Romain Pasquier (Arènes, CNRS/Sciences Po Rennes), Marc Rouzeau (Chaire TMAP/Sciences Po Rennes), Lutter contre la pauvreté en régime d’accumulation de politiques publiques : les défis de l’intersectorialité et de la territorialisation en France

Vicente Ugalde (El Colegio de México), Fusionner pour maîtriser l’infrastructure des villes. Le Programme “Amélioration urbaine” au Mexique

AULAGNIER Alexis alexis.aulagnier@gmail.com

BARONE Sylvain sylvain.barone@inrae.fr

BERNARD Kevin kevin_bernard@ymail.com

BEZES Philippe philippe.bezes@sciencespo.fr

BOUYAT Jeanne jeanne.bouyat@sciencespo.fr

COMPAGNON Daniel d.compagnon@sciencespobordeaux.fr

DUBUISSON Sophie sophie.dubuissonquellier@sciencespo.fr

DUPUY Claire claire.dupuy@uclouvain.be

FOUILLEUX Eve eve.fouilleux@cirad.fr

HERLIN-GIRET Camille camilleherlingiret@gmail.com

GLINEL Charlotte charlotte.glinel@sciencespo.fr

TIBISSAI Guevara-Braun, tibissai.guevara-braun@ens-lyon.fr

ICARD Valérie valerie.icard@free.fr

LE GALES Patrick patrick.legales@sciencespo.fr

LEVOYER Tanguy tanguy.levoyer@dauphine.psl.eu

MAILLARD Jacques de jdemaillard@gmail.com

MAYAUX Pierre-Louis pierre-louis.mayaux@cirad.fr

MAZEAUD Alice alice.mazeaud01@univ-lr.fr

PASQUIER Romain romain.pasquier.1@sciencespo-rennes.fr

ROUZEAU Marc marcrouzeau7@gmail.com

SMITH Andy a.smith@sciencespobordeaux.fr

UGALDE Vicente vugalde@colmex.mx