le portail de la science politique française

rechercher

ST 55

Les circulations entre espaces politiques et mondes du privé : vers une sociologie des revolving doors

Circulations between political spaces and private worlds: towards a sociology of revolving doors

 

Responsables scientifiques :

Sébastien Michon (CNRS, UMR Sage, Université de Strasbourg) smichon@unistra.fr
Cécile Robert (Sciences Po Lyon, UMR Triangle) cecile.robert@sciencespo-lyon.fr

 

Aussi bien à l’échelon de l’Union européenne qu’à l’échelon national, les circulations d’agents entre secteurs public et privé font l’objet, depuis les années 2000, d’une forte attention médiatique et institutionnelle (voir entre autres Transparency International Europe, 2017 ; European Ombudsman, 2019 ; European Parliament, 2020). Ces pratiques sont souvent désignées sous le terme de revolving door, par analogie avec le phénomène américain de rotation de personnels entre l’administration fédérale et les organisations qui en sont les interlocutrices (entreprises, lobbys, think tanks), au moment des alternances politiques (LaPira et Herschel, 2014). Elles prennent des formes variées : recrutement d’anciens acteurs du monde politique (élu.es locaux, député.es nationaux ou européens, ministres, commissaires et leurs collaborateurs/trices) et de hauts fonctionnaires dans les cabinets de conseil et d’avocats ou les services de relations publiques des très grandes entreprises, et/ou passage de représentants d’intérêts, au cours de leurs carrières, par des expériences dans le secteur public.

Les liens entre monde de l’argent et monde politique sont anciens (Jeanneney, 1981), et la circulation entre positions de pouvoir et secteur privé existe de longue date dans différents espaces (Badie et Birnbaum, 1979 ; Santos, 2006 ; Hudon, Yates et Ouimet, 2016). Néanmoins, le phénomène, qui est de plus en plus construit comme un problème public (Michel, 2018 ; Robert, 2018), change : parallèlement aux transformations multiples de l’Etat et de l’action publique, les circulations s’intensifient et se diversifient (Rouban, 2010 ; France et Vauchez, 2017 ; Collas, Dulong et Sawicki, 2018 ; Beauvallet, Robert et Roullaud, 2021). En invitant à la présentation et à la confrontation d’enquêtes sur ces circulations public/privé inscrites dans une pluralité d’espaces nationaux et institutionnels, cette section thématique souhaite éclairer de façon nouvelle les relations entre champs politique et économique et leurs transformations. Une triple contribution est attendue.

Premièrement, une meilleure connaissance empirique du phénomène et de sa diversité. Les circulations sont souvent appréhendées comme ne concernant que le haut de la hiérarchie politique ou administrative). Sont ainsi attendues des enquêtes quantitatives et/ou qualitatives sur une institution, ou un secteur d’action publique, permettant de mieux identifier la diversité des acteurs qui circulent, et les trajectoires – politiques, sociales, professionnelles – dans lesquelles s’inscrivent ces déplacements.

Deuxièmement, une meilleure compréhension des logiques qui alimentent ces circulations. Il s’agira de questionner les stratégies de recrutement d’anciens élu.es, auxiliaires politiques ou fonctionnaires par des acteurs économiques, et/ou la façon dont ces allers-retours publics/privés sont anticipés dans des stratégies de carrières. On pourra également mettre à profit la confrontation de contributions portant sur des espaces institutionnels différents pour observer dans quelle mesure les formes d’encadrement de ces pratiques et notamment des conflits d’intérêt qu’elles soulèvent encouragent/limitent et/ou orientent leur développement.

Troisièmement, une meilleure appréhension des effets des circulations. La section thématique vise aussi à s’intéresser à la façon dont les acteurs qui circulent, comme leurs recruteurs, perçoivent, valorisent et mobilisent les savoir et savoir-faire acquis à l’occasion de ces expériences. Quels sont les usages qui sont faits de ces déplacements ? Contribuent-ils à transformer les pratiques professionnelles de ceux qui les expérimentent ?

Constituant un espace de débat international autour des circulations entre secteurs public et privé, cette section thématique réunira des travaux ancrés empiriquement, relatifs à différents espaces institutionnels et différentes situations historiques. La section souhaite réunir des communications qui s’inscrivent dans des approches théoriques et méthodologiques diverses.

 

At both the European Union and national levels, the circulation of agents between the public and private sectors has received considerable media and institutional attention since the 2000s (see, among others, Transparency International Europe, 2017; European Ombudsman, 2019; European Parliament, 2020). These practices are often referred to as revolving doors, by analogy with the American phenomenon of staff rotation between the federal administration and the organizations that interact with it (companies, lobbies, think tanks), at the time of political changeovers (LaPira and Herschel, 2014). They take various forms: recruitment of former political actors (local elected officials, national or European deputies, ministers, commissioners and their collaborators) and senior civil servants in consultancy and law firms or in the public relations departments of very large companies, and/or the passage of interest representatives, in the course of their careers, through experience in the public sector.

The links between the world of money and the world of politics are long-standing (Jeanneney, 1981), and the circulation between positions of power in the public sphere and the private sector has long existed in different spaces (Badie and Birnbaum, 1979; Santos, 2006; Hudon, Yates and Ouimet, 2016). Nevertheless, the phenomenon, which is increasingly constructed as a public problem (Michel, 2018; Robert, 2018), is changing: in parallel with multiple transformations of the state and public action, circulations are intensifying and diversifying (Rouban, 2010; France and Vauchez, 2017; Collas, Dulong, and Sawicki, 2018; Beauvallet, Robert, and Roullaud, 2021). By inviting the presentation and confrontation of investigations on these public/private circulations inscribed in a plurality of national and institutional spaces, this thematic section wishes to shed new light on the relations between political and economic fields and their transformations. Results are expected on three dimensions.

First, a better empirical knowledge of the phenomenon and its diversity. Circulations are often understood as only concerning the top of the political or administrative hierarchy. Quantitative and/or qualitative surveys on an institution or a sector of public action are thus expected to better identify the diversity of the actors who circulate, and the trajectories – political, social, professional – in which these movements take place.

Second, a better understanding of the logics that fuel these movements. This will involve questioning the recruitment strategies of former elected officials, political staff or civil servants by economic actors, and/or the way in which these public/private round trips are anticipated in career strategies. We could also take advantage of the confrontation of contributions on different institutional spaces to observe to what extent the forms of supervision of these practices and notably of the conflicts of interest they raise encourage/limit and/or orient their development.

Thirdly, a better understanding of the effects of the circulations. The thematic section also aims to look at the way in which the actors who circulate, like their recruiters, perceive, value and mobilize the knowledge and know-how acquired during these experiences. What uses are made of these experiences? Do they contribute to transforming the professional practices of those who experience them?

Constituting a space for international debate on the circulation between the public and private sectors, this thematic section will bring together empirically grounded works relating to different institutional spaces and different historical situations. The section aims to bring together papers that are rooted in diverse theoretical and methodological approaches.

 

Références / References

Badie Bertrand, Birnbaum Pierre (1982), Sociologie de l’État, Paris, Grasset.

Beauvallet Willy, Robert Cécile et Roullaud Elise, EU Affairs. Une sociologie de la représentation des intérêts à l’échelle européenne, Bruxelles, Peter Lang, à paraitre, 2021

Collas, Thomas, Dulong Delphine, et Sawicki Frédéric (2018). « Sociographie des cabinets ministériels (2012-2014) : présentation générale », Revue française d’administration publique, vol. 168, no. 4, p. 745-750.

France Pierre et Vauchez Antoine (2017), Sphère publique, intérêts privés: Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po.

Hudon Raymond, Stéphanie Yates, Ouimet Mathieu (2016), « Portes tournantes et éthique démocratique », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 18(2).

Jeanneney Jean-Noël (1981), L’argent caché, milieux d’affaire et pouvoir politique, Paris, Fayard.

LaPira Timothy et Herschel Thomas F. (2014), « Revolving door lobbyists and interest representation », Interest group and advocacy, 3 (1), p. 4-29.

Michel Hélène (2018), « Promesses et usages des dispositifs de transparence: entre approfondissement et redéfinition de la démocratie », Revue française d’administration publique, 165, p. 5-15.

Robert Cécile (2018), « La transparence comme nouvel horizon des démocraties européennes. Genèses et usages d’une injonction ambivalente », Politique européenne, 61, p. 8-43.

Rouban Luc (2010), « L’inspection générale des Finances 1958-2008 : pantouflage et renouveau des stratégies élitaires », Sociologies pratiques, n° 21, p. 19-34.

Santos Adolfo (2006), Do Members of Congress Reward Their Future Employers? Evaluating the Revolving Door Syndrome, Latha, University Press of America.

Session 1

Arthur Morenas (Sciences Po Strasbourg, Sage), La transformation des circulations entre sphères publiques et privées au Pérou au cours des années 2000. Une approche par la sociologie des champs de l’action publique

Louise Dalibert (U. Nantes, Droit & Changement social), La politique comme tremplin vers le monde des affaires : les reconversions lucratives des anciens députés

Willy Beauvallet (U. Lyon 2, Triangle), Sébastien Michon (CNRS, Sage), Cécile Robert (Sciences Po Lyon, Triangle), Du Parlement européen au lobbying : les circulations public/privé des membres de la délégation française

Stéphanie Yates (UQAM ; Labfluens) et Étienne Cardin-Trudeau (UQAM, Chaire de relations publiques), Les portes tournantes : une reconfiguration du lobbyisme ?

Session 2

Guillaume Courty (U. Picardie Jules Verne, Curapp), L’entrée des lobbyistes dans les cabinets ministériels de la présidence Macron. Retours sur de nouvelles formes d’un poste de travail dans le champ du pouvoir

Yiorgos Vassalos (U. Strasbourg, Sage), Les « revolving door » dans la régulation financière européenne : un rétrécissement de l’espace des possibles de la réforme ?

Lola Avril (European University Institute) and Emilia Korkea-aho (University of Eastern Finland), Studying revolving doors in the Commission: how lawyers circulate within the European competition regulatory space

Jana Vargovcikova (Inalco, CREE), Les revolving doors et les transformations État/marché en Europe centrale après 1989 : les cas de la Pologne et de la Tchéquie

Sarah Kolopp (U. Paris 1 Panthéon Sorbonne ; CESSP), De la grandeur, des hommes et du portefeuille financier. Ce que les hauts fonctionnaires portent en banque : l’exemple de Jean-Yves Haberer à Paribas (1982-1986)

AVRIL Lola lola.avril@hotmail.fr

BEAUVALLET Willy willy.beauvallet@univ-lyon2.fr

CARDIN-TRUDEAU Etienne cardin-trudeau.etienne@courrier.uqam.ca

COURTY Guillaume guillaume.courty.univlille@gmail.com

DALIBERT Louise louise.dalibert@univ-nantes.fr

KOLOPP Sarah sarah.kolopp@univ-paris1.fr

KORKEA Aho Emilia emilia.korkea-aho@uef.fi

MICHON Sébastien smichon@unistra.fr

MORENAS Arthur a.morenas@hotmail.fr

ROBERT Cécile cecile.robert@sciencespo-lyon.fr

VARGOVCIKOVA Jana jana.varg@gmail.com

VASSALOS Yiorgos yiorgosvassalos@yahoo.gr

YATES Stéphanie Yates.stephanie@uqam.ca