le portail de la science politique française

rechercher

ST 56

Les institutions internationales et la neutralisation de la protestation sociale

International Institutions and the Neutralisation of Social Protest: How Transnational Advocacy is Turned into Public Policy

 

Responsables scientifiques :

Olivier Nay (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) o.nay@free.fr
Delphine Thivet (Université de Bordeaux) delphine.thivet@u-bordeaux.fr

 

Depuis la fin des années 1980, de nombreuses organisations internationales ont été exposées à des campagnes de protestation menées par des mouvements sociaux transnationaux et des ONG de plaidoyer. Ces organisations sont régulièrement confrontées à des résistances et des contre-expertises critiques contestant les visions et les choix sur lesquels s’appuient les États – par exemple sur des enjeux de défense des droits humains, de justice sociale et de régulation des marchés, de la santé mondiale, du climat, des droits des peuples autochtones, de la transparence ou de l’annulation des dettes des pays pauvres. Face aux coalitions protestataires, les organisations internationales ont multiplié les procédures de participation pour associer des organisations de la société civile, tout en cherchant à en canaliser l’expression et à en discipliner les modes d’action. Par le biais de ces procédures, elles cooptent les représentants des ONG habilitées à s’exprimer dans les enceintes publiques, instituent des mécanismes de déconflictualisation et filtrent les revendications sociales, dont certaines sont finalement incorporées à l’agenda institutionnel.

Cette ST rassemble des contributions qui décrivent et analysent les activités de neutralisation et d’incorporation de la critique sociale dans le cadre des institutions internationales. Elle s’intéresse au travail de censure et de mise en forme par laquelle les experts des institutions s’approprient les revendications sociales, en les reformulant de manière à les délester de leurs contenus les plus critiques et à les rendre compatibles avec les vues normatives de l’organisation. Les intervenants pourront discuter notamment les processus de « captation épistémique », c’est-à-dire les activités par lesquelles les organisations internationales s’approprient des idées critiques, puis les réinterprètent et les détournent de manière à en épuiser la dimension agonistique, pour finalement rendre ces idées conformes aux cadres normatifs de l’institution. Ce faisant, les OI s’emparent des discours contre-hégémoniques et convertissent les plaidoyers critiques en orthodoxie politique.

La ST se situe à la croisée de la sociologie des mobilisations, la sociologie de l’expertise et les études des institutions internationales.

 

Since the late 1980s, many international organizations (IOs) have been subject to protest campaigns led by transnational social movements and advocacy NGOs. These organizations are periodically confronted with resistance and critical counter-expertise that question the views and priorities promoted by state actors – for instance on human rights promotion, social justice and market regulation, global health, environment and climate, indigenous peoples’ rights, transparency or public debt cancellation. In response to the pressure from protest coalitions, IOs have introduced multiple participation procedures in order to ensure that civil society organisations are involved in policy development, while at the same time seeking to channel their expression and discipline their modes of action. Through these procedures, they co-opt and empower some NGO leaders in public forums, establish deconfliction mechanisms and filter social grievances, resulting in the incorporation of certain demands into the institutional agenda.

This panel brings together contributions that focus on the knowledge-building activities aiming at neutralizing and incorporating social advocacy in the context of international institutions. It examines the formatting and censorship work by which experts in institutions internalise and reframe social demands, in such a way as to eliminate their most critical content and make them compliant with the normative views of the organization. It examines the formatting and censorship work by which experts in institutions reframe social demands in such a way as to eliminate their most critical content and make them compliant with the dominant views of the organization. In this process, IOs seize upon counter-hegemonic discourses and convert critical advocacy into political orthodoxy.

The panel stands at the crossroads of the sociology of mobilizations, the sociology of expertise and the study of international institutions.

Discutantes : Auriane Guilbaud (Université Paris 8) et Mélanie Albaret (Université Clermont Auvergne)

Marie Saiget (Université de Lille), Simon Tordjman (Sciences Po Toulouse), La critique sous l’institutionnalisation : une étude des tensions et mobilisations suscitées par la création d’ONU Femmes

Pablo Barnier-Khawam (Sciences Po Paris), La neutralisation de la contestation internationale des peuples autochtones : Analyse des interprétations divergentes de la participation des acteurs non-étatiques aux Nations Unies

Constantin Brissaud (Université Paris Dauphine), Champs transnationaux et homologies structurales : une illustration à partir de la politique du médicament à l’OCDE

Ariane Gemander (Université libre de Bruxelles), Crises mondiales et crise de légitimité : renouveau discursif, continuité paradigmatique et tranformismo au Fonds monétaire international

Benjamin Groc (Université Paris Panthéon-Sorbonne), Entre protestation et cooptation : représenter les institutions financières de Washington auprès du gouvernement bolivien du Mouvement vers le socialisme (MAS)

ALBARET Mélanie melanie.albaret@udamail.fr

BARNIER-KHAWAM Pablo pablo.barnierkhawam@sciencespo.fr

BRISSAUD Constantin cbrissaud@gmail.com

GEMANDER Ariane ariane.gemander@ulb.be

GROC Benjamin benjamin.groc@univ-paris1.fr

GUILBAUD Auriane auriane.guilbaud@sciencespo.fr

NAY Olivier o.nay@free.fr

SAIGET Marie marie.saiget@univ-lille.fr

THIVET Delphine delphine.thivet@u-bordeaux.fr

TORDJMAN Simon simon.tordjman@sciencespo-toulouse.fr