le portail de la science politique française

rechercher

Groupes

Ecologie politique (GREP)

Dans le contexte actuel de crise écologique globale, les enjeux environnementaux occupent une place de plus en plus centrale dans le débat public, et sont mobilisés par un nombre croissant d’acteurs. Les victoires électorales récentes remportées par les mouvements écologistes, l’intégration croissante des changements climatiques dans l’action publique, ou encore la vitalité des négociations internationales sur l’environnement en sont des illustrations. En science politique, la recherche sur ces sujets, en plein développement, peut encore paraître fragmentée. Le groupe de recherche “Ecologie politique” (GREP) de l’AFSP s’inscrit dans une démarche de constitution d’une communauté scientifique de politistes francophones sur ces enjeux, ainsi que d’activités scientifiques destinées à valoriser le dialogue théorique et méthodologique entre les différentes sous-disciplines de la science politique.

Co-responsables du groupe :

  • Mathilde Allain (Maîtresse de conférences, Université Sorbonne Nouvelle/IHEAL-CREDA)
  • Adrien Estève * (Postdoctorant, Sciences Po/CERI)
  • Lucile Maertens, Maîtresse-assistante, Université de Lausanne/CRHIM)
  • Sylvie Ollitrault* (Directrice de recherche CNRS à l’ISP)
  • Amandine Orsini (Professeure, Université Saint-Louis Bruxelles/CreSPo)
  • Simon Persico (Professeur des Universités, Sciences Po Grenoble/PACTE)
  • Bruno Villalba (Professeur des Universités, AgroParisTech/Printemps)

* coordinateurs du groupe

Contacts : 

Adrien Estève adrien.esteve@sciencespo.fr
Sylvie Ollitrault sylvie.OLLITRAULT@cnrs.fr

Adresse générique de contact : grep.afsp@gmail.com

Le groupe se structure en deux axes thématiques.

Axe 1 : Pluralité, hybridation, et circulation des idées, des concepts, et des répertoires d’action des mouvements et des partis écologistes

Responsables : Mathilde Allain (Maîtresse de conférences, Université Sorbonne Nouvelle/IHEAL-CREDA), Sylvie Ollitrault (Directrice de recherche CNRS à l’ISP), Simon Persico (Professeur des Universités, Sciences Po Grenoble/PACTE), Bruno Villalba (Professeur des Universités, AgroParisTech/Printemps)

Cet axe thématique étudie les transformations des mouvements qui se réclament de l’écologie politique, sur le plan électoral comme dans le champ des mobilisations, afin de rendre compte de leurs développements récents. Il existe en effet différentes articulations entre socialisme et écologie, qui correspondent à différentes interrogations sur la justice sociale et environnementale. Nous nous pencherons par exemple sur ce que fait l’écologie politique à des mouvements sociaux plus traditionnels et/ou sectoriels, aux façons dont ces mouvements intègrent l’urgence climatique et sont transformés par le militantisme écologique. Cet axe s’intéresse également aux différentes approches de l’écologie politique, notamment dans les pays du Sud, afin de rendre compte de la diversité des mobilisations environnementales et climatiques. Une attention particulière sera accordée à la circulation des idées, des pratiques et des acteurs (mobilité des jeunes militants, exportation/importation de cadres discursifs et de répertoires d’action), à l’évolution des causes défendues ainsi qu’à leur articulation avec les enjeux démocratiques et de développement. L’axe interroge l’évolution des répertoires d’action des militants écologistes/environnementaux et les débats qui les animent (désobéissance civile, rapport à la violence, etc.) dans un contexte de fortes interrogations des systèmes démocratiques (désaffection à l’égard du vote, remise en cause des institutions. Il s’attachera à analyser la diversité des causes défendues, les possibles contradictions ainsi que les tensions qui entourent les processus de construction des écologies politiques (en fonction des identités politiques, des échelles, des lieux de production de ces idées).

Axe 2 : Processus d’institutionnalisation, de participation, et d’intégration à l’action publique environnementale 

Responsables : Adrien Estève (Postdoctorant, Sciences Po/CERI), Lucile Maertens, Maîtresse-assistante, Université de Lausanne/CRHIM) et Amandine Orsini (Professeure, Université Saint-Louis Bruxelles/CreSPo)

Dans ce second axe thématique, il s’agit d’étudier les logiques d’institutionnalisation de l’écologie politique et les processus de participation aux négociations et à la décision. En s’intéressant à différentes catégories d’acteurs, et à différentes arènes et organisations locales, nationales, et internationales, les travaux de cet axe posent la question des conséquences de l’intégration de l’écologie dans le système politique, à la production des politiques publiques environnementales, et leurs échecs. Ces conséquences concernent à la fois la façon dont les enjeux écologiques réussissent, ou non, à pénétrer l’agenda politique et les politiques publiques ; mais aussi la façon dont ces enjeux changent le jeu politique classique. En quoi les questions d’écologie politique questionnement l’ordre établi et permettent de faire évoluer les pratiques politiques, sur les questions d’environnement et au-delà. L’axe s’intéresse donc à la fois à ce que le jeu politique fait à l’écologie, mais aussi ce que l’écologie fait au jeu politique. En écho de l’axe 1, l’axe 2 se développe à toutes les échelles politiques et sur toutes les aires géographiques. La perméabilité des politiques aux questions environnementales varie d’un État à l’autre, d’une région à l’autre, et c’est cette diversité qui permettra aux chercheur.e.s de tester les possibilités d’évolution proposées par l’écologie politique. L’axe sera également attentif à l’inclusion des acteurs non étatiques dans le débat, les plateformes scientifiques, les coalitions de causes des ONGs ou les mouvements transnationaux de la jeunesse.

Informations bientôt disponibles

Zoe Cheli, doctorante, Université de Lausanne (IEP)

Loïc Cobut, doctorant, Université Saint-Louis – Bruxelles (CReSPo)

Annabelle Demy, doctorante, Université de Rennes (ARENES)

Meryam El Bouhati, doctorante, Université de Lille (CERAPS)

Henriette Faure, doctorante, EHESS

Lucas Faure, doctorant, Sciences Po Aix en Provence (Mesopolhis)

Maxime Gaborit, doctorant, Université Saint-Louis – Bruxelles (CReSPo)

Benoît Luczak, doctorant, Sciences Po Aix (Mesopolhis)

Romane Soler, doctorante, Université de Rouen (Dysolab)

Damien Schrijen, doctorant, Université de Rennes (ARENES)

Luis Rivera Velez, postdoctorant, Université de Lausanne (CRHIM)

Anaëlle Vergonjeanne, doctorante, Sciences Po Paris (CERI)

Gaelane Wolff, doctorante, Université de Genève (GSI)

ECPR Standing group Environmental Politics https://ecpr.eu/standinggroups/standinggrouphome.aspx?ID=9

Groupe de travail « International Political Sociology » de l’Association Suisse de Science Politique (ASSP) https://www.svpw-assp.ch/fr/groupes-de-travail/international-political-sociology/page

Séminaire central du CREDA (Centre de recherche et de documentation sur les Amériques) « Extractivismes et transitions énergétiques” – http://www.iheal.univ-paris3.fr/fr/basic-page/s%C3%A9minaire-central-du-creda-2022-2023

Séminaire de recherche « Environnement et relations internationales » (Sciences Po – CERI) – https://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/environnement-et-relations-internationales-0.html

Séminaire de recherche en science politique du CReSPo, Université Saint-Louis – Bruxelles (https://www.crespo.be/seminaire_crespo/)

Séminaire de recherche de la Chaire Jean Monnet EUGLOBALBREEN, Université Saint-Louis – Bruxelles (https://euglobalgreen.eu/speakers-series/)

Allain, M., & Maillet, A. (2022). Les mobilisations autour de l’extractivisme. Circulation et potentiel heuristique d’un concept en voie de globalisation: Revue internationale de politique comparée, Vol. 28(3), 7‑29. https://doi.org/10.3917/ripc.283.0007

Estève, A. (2022), Guerre et écologie. L’environnement et le climat dans les politiques de défense (France et Etats-Unis), Paris, Presses Universitaires de France.

Ollitrault, S., Sommier, I., Hayes, G. (2019), Breaking Laws: Violence and Civil Disobedience in Protest. Amsterdam University Press, 2019.

Orsini, A., Cobut, L., Gaborit, M., (2021), “Climate change acts non-adoption as potential for renewed expertise and climate activism: the Belgian case”, Climate policy, vol. XX, n°.XX, p. XX (2021).

Persico, S. (2021), « Quand l’écologie fait de la politique », Revue Projet, 382, 20-24.

Villalba B. (2022), L’écologie politique en France, Paris, La Découverte.