le portail de la science politique française

rechercher

ST 05

Concerné·es et allié·es : une nouvelle division du travail militant ?

Activism and allyship : a new division of labour in social movements?

Responsables scientifiques :

Pierre-Yves Baudot (IRISSO, Université Paris-Dauphine PSL) pierre-yves.baudot@dauphine.psl.eu
Aude Lebrun (CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne et IRISSO, Université Paris-Dauphine PSL) aude.lebrun@u-picardie.fr

 

Black Lives Matter, Gras Politique, #MeToo : Au sein de ces mouvements, les termes « concerné·es » et « allié·es » ont pris une importance cruciale. Leur utilisation traduit la volonté d’affirmer une nouvelle division du travail militant en distinguant deux rôles. D’une part, parce qu’iels considèrent appartenir à un groupe minorisé, des militant·es revendiquent être les seul·es à pouvoir légitimement porter la parole au nom d’une cause. D’autre part, les allié·es, ne partageant pas les mêmes conditions d’existence, sont placé·es dans un rôle de soutien, dont ils ne peuvent prétendre tirer de bénéfices. Les relations entre concerné·es et allié·es structurent, au moins depuis le XIXe siècle (Marx et Useem 1971), des controverses et des luttes de classement entre mouvements sociaux, analysées de longue date par les sciences sociales. Dans quelle mesure cette problématique est-elle aujourd’hui renouvelée ? Comment modifie-t-elle les carrières militantes et les répertoires d’action des mouvements sociaux actuels ? C’est sur ces questions que cette section entend apporter des éclairages, à partir de travaux empiriques.

La sociologie des mouvements sociaux a forgé plusieurs notions pour comprendre la mobilisation de militant·es diversement intéressé·es au succès du mouvement. La théorie de la mobilisation des ressources considère par exemple, dans une perspective entrepreneuriale, que l’investissement de conscience constituents abaisse les coûts de la mobilisation par l’apport de nouvelles ressources (McCarthy et Zald 1977). L’approche en termes de champs insiste davantage sur les luttes symboliques visant à imposer un porte-parolat légitime et sur le capital symbolique que la possession de caractéristiques marginalisées procure pour la représentation (Goldberg 2003; Husu 2013). D’autres travaux se sont intéressés aux effets que cette division du travail pouvait avoir sur la production des identités collectives et de leurs frontières symboliques (Lamont 1999) et sur la capacité à élargir la palette des soutiens (Gawerc 2021). Des travaux français ont insisté sur les rapports de pouvoir que cette co-présence reproduit(Mathieu 1999; Jacquemart 2013). Des éléments intéressants peuvent également être trouvés dans les travaux portant sur les collectifs « communautaires », en « non-mixité », ou entre personnes concernées (Charpenel 2016; Gallot et Jacquemart 2023; Laplanche-Servigne 2014; Quéré 2022). Récemment, des travaux de psychologie sociale (Carlson et al. 2020) ou de management (Park et al. 2020) étatsuniens à destination d’un lectorat militant ont cherché à définir ce que signifie être un·e « bon·ne » allié·e. En décalant la perspective, nous voulons ici faire porter le travail de redéfinition des rôles, des carrières des répertoires d’action et des savoirs militants que produit l’introduction de cette dichotomie entre concernés et alliés. Cette section thématique encourage ainsi les communications portant sur l’un ou l’autre des trois axes suivants :

  1. Un premier axe s’intéresse à la genèse de ces rôles : l’utilisation récente des termes alliés et concernés renvoie-t-elle à des pratiques nouvelles dans les collectifs ? Comment ces termes circulent-ils dans l’espace des mouvements sociaux ?
  2. Un second axe se penche sur l’utilisation de ces termes au sein des collectifs : comment sont définies et discutées les frontières des rôles entre les militant-es ? Qu’est-ce que cela fait aux processus de décision, aux pratiques de représentation, aux répertoires d’action et aux savoirs produits par ces organisations militantes ?
  3. Finalement, un dernier axe interroge ce que font ces catégories aux carrières militantes en termes d’engagement, de maintien ou de défection de certaines mobilisations (Agrikoliansky 2017). Dans quelle mesure est-ce qu’elles créent de nouvelles opportunités militantes, tant en termes d’engagement que de rôles tenus dans les organisations ?

 

Black Lives Matter, Gras Politique, #MeToo, Justice pour Adama: in the United-States as in France, a new set of terms have taken a greater place in social movements recently: “allies” and “allyship” in the US, “allié·es” and “personnes concernées” in France. The use of these terms reflects an ongoing dynamic in the division of labor in social movements, introducing a distinction between two roles. On the one hand, some activists claim a right to speak on behalf of a cause and a minority group they consider to be a part of. On the other hand, allies, by not sharing the same conditions of existence, are assigned to a supporting role, from which they cannot claim the same benefits. The relations between these groups structure major controversies and classification struggles among social movements, at least since the 19th century (Marx, 1971). To what extent is this issue being revisited today? How is it affecting careers and collective action repertoires? These are the questions this section aims to shed light on, through empirical based studies.

Social movement studies have developed some concepts in order to understand the joint mobilization of activists who share diverse interests in the success of a movement. The resource mobilization theory, for example, considers in an entrepreneurial perspective that the involvement of conscience constituents lowers the cost of collective action by bringing in new resources (Mc Carthy et Zald 1977; McAdam 1988). The sociology of fields places a greater emphasis on the symbolic conflicts to impose a legitimate representation based on marginalized characteristics (Goldberg 2003; Husu 2013). Other studies have focused on the effects this division of labor could have on the production of collective identities and their symbolic frontiers (Lamont 1999) and on the ability to broaden support (Gawerc 2021). Some French scholars have emphasized the power struggles this co-presence reproduces (Jacquemart 2015; Mathieu 1999). Interesting elements can also be found in work on women-only groups, self-help or community organizations (Charpenel 2016; Gallot et Jacquemart 2023; Laplanche-Servigne 2014; Quéré 2022). More recently, American studies in social psychology (Carlson et al. 2020) or in organizational behavior (Park et al. 2020) have tried to define, for an activist readership, what it means to be a « good » ally. By changing the perspective, we want to focus on the redefinition of roles, careers, repertoires of action and activism knowledge produced by the introduction of this dichotomy between those who are primarily concerned and those allied. This thematic section encourages communications on one of these three sets of issues:

  1. The first section looks at the origins of these roles: does the recent use of these terms reflect new approaches within the organizations? How do these terms circulate within the space of social movements (Mathieu 2021)?
  2. A second axis will focus on the use of these terms within the organizations: how are these roles defined and discussed between activists? How does this impact decision-making processes, representative claims, collective action repertoires and activism knowledge produced by those movements?
  3. Finally, the communications can question what these categories do to activists’ careers in terms of commitment, persistence or defection (Agrikoliansky 2017). To what extent do they create new opportunities for activists, both in terms of recruitment and status within the organizations?

 

REFERENCES

Agrikoliansky É., 2017, « Les “carrières militantes”. Portée et limites d’un concept narratif », dans Fillieule O., Haegel F., Hamidi C., Tiberj V. (dirs.), Sociologie plurielle des comportements politiques, Paris, Presses de Sciences Po (Académique), p. 167‑192.

Carlson J., Leek C., Casey E., Tolman R., Allen C., 2020, « What’s in a Name? A Synthesis of “Allyship” Elements from Academic and Activist Literature », Journal of Family Violence, 35, 8, p. 889‑898.

Charpenel M., 2016, « Les groupes de parole ou la triple concrétisation de l’utopie féministe », Education et sociétés, 37, N° 1, p. 15‑31.

Gallot F., Jacquemart A., 2023, « Quelles pratiques féministes de la non-mixité ? », Travail, genre et sociétés, 49, 1, p. 161‑164.

Gawerc M.I., 2021, « Coalition-building and the forging of solidarity across difference and inequality », Sociology Compass, 15, 3.

Goldberg C.A., 2003, « Haunted by the Specter of Communism: Collective Identity and Resource Mobilization in the Demise of the Workers Alliance of America », Theory and Society, 32, 5/6, p. 725‑773.

Husu H.-M., 2013, « Bourdieu and Social Movements: Considering Identity Movements in Terms of Field, Capital and Habitus », Social Movement Studies, 12, 3, p. 264‑279.

Jacquemart A., 2013, « L’engagement féministe des hommes, entre contestation et reproduction du genre », Cahiers du Genre, n° 55, 2, p. 49‑63.

Lamont, M. (dir.), 1999, The Cultural Territories of Race: Black and White Boundaries, Chicago, IL, University of Chicago Press, 436 p.

Laplanche-Servigne S., 2014, « Quand les victimes de racisme se mobilisent », Politix, n° 108, 4, p. 143‑166.

Marx G.T., Useem M., 1971, « Majority Involvement in Minority Movements: Civil Rights, Abolition, Untouchability », Journal of Social Issues, 27, 1, p. 81‑104.

Mathieu L., 1999, « Une mobilisation improbable : l’occupation de l’église Saint-Nizier par les prostituées lyonnaises », Revue française de sociologie, 40, 3, p. 475‑499.

McCarthy J.D., Zald M.N., 1977, « Resource Mobilization and Social Movements: A Partial Theory », American Journal of Sociology, 82, 6.

Park J.W., Vani P., Saint-Hilaire S., Kraus M., 2020, « Disadvantaged Group Activists’ Attitudes toward Advantaged Group Allies in Social Movements »,.

Quéré L., 2022, « Repousser les frontières des normes corporelles et sexuelles. Effets de l’engagement dans le self-help féministe sur la sphère intime », Sociétés contemporaines, 126, 2, p. 93‑119.

Session 1 / “Concernées” et “allié·es” : pratiques de la division du travail militant 

Axe 1/ Introduction par les responsables de la section thématique

Aude Lebrun (CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne) & Pierre-Yves Baudot (IRISSO, Paris Dauphine), Concerné·es et allié·es : une nouvelle division du travail militant ? 

Axe 2 / Avoir le bon rôle. Construction des attentes entre concerné·es et allié·es

Thomas Chevallier (CERAPS, Université de Lille), Politiser les mal-logé·es. L’ambivalence des prescriptions militantes et des assignations de rôle dans une association luttant pour le droit au logement

Xavier Dunezat (CRESPPA-GTM, Paris 8) et Camille Gourdeau (Urmis, Université Paris Cité), La division (du travail) entre « première.es concerné.es » et « soutiens » au sein de la cause des sans-papiers

Sara Cesaro (LEGS, Paris 8), Lutter pour soi ou pour des semblables à soi ? Mutation du bénévolat associatif et division intersectionnelle du travail militant en faveur des exilé·es LGBT

Discutante : Camille Hamidi, Triangle (Université Lyon 2) / CEE (IEP de Paris)

Session 2 / Jusqu’où va le rôle ? Interroger les catégories “concerné·es” et “allié·es”

Axe 1 / Les frontières des rôles de concerné·es et allié·es

Manon Coujou (ISP, Université Paris Nanterre), Accéder au statut « d’allié·e » dans la lutte pour les droits des travailleur·ses du sexe

Phoebe Pigenet (CARISM, Panthéon-Assas Université), Faire et défaire les normes de beauté, qui sont les « concernées » du body positive ?

Blandine Fontaine (CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne), La catégorisation « concernées/alliées » comme frontière des identités militantes

Discutant : Alban Jacquemart, IRISSO (Université Paris Dauphine)

Axe 2 / Ni allié·es, ni concerné·es : une division du travail militant sous d’autres termes

David Amalric (CEMS, EHESS), « Protagonisme » et « espace de parole » : enjeux et usages en situation de nouvelles catégories contestataires dans le Brésil contemporain

Clara Lucas (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Nou » et « zot » : questionner la distinction entre concerné·es et allié·es à partir du cas réunionnais

Discutante : Cécile Péchu, CRAPUL (Université de Lausanne)

AMALRIC David david.amalric@gmail.com

BAUDOT Pierre-Yves pierre-yves.baudot@dauphine.psl.eu

CESARO Sara saras.cesaro@gmail.com

CHAVALLIER Thomas thomas.chevallier@outlook.com

COUJOU Manon manon.coujou26@gmail.com

DUNEZAT Xavier dunezat.xavier@wanadoo.fr

FONTAINE Blandine blandine.fontaine@u-picardie.fr

GOURDEAU Camille camillegourdeau@gmail.com

HAMIDI Camille camille.hamidi@univ-lyon2.fr

JACQUEMART Alban alban.jacquemart@dauphine.psl.eu

LEBRUN Aude aude.lebrun@u-picardie.fr

LUCAS Clara clara.lucas@scpobx.fr

PECHU Cécile cecile.pechu@unil.ch

PIGENET Phoebe ppigenet@gmail.com