le portail de la science politique française

rechercher

ST 18

La Manif pour tous 10 ans après ? Résilience et recompositions militantes des catholiques conservateurs au sein des droites

La Manif pour tous 10 years later? Resiliency and Restructuring of Catholic Conservative Activists in the Right

Responsables scientifiques : 

Blandine Chelini-Pont (Université Aix-Marseille, Laboratoire Interdisciplinaire de Droit, Médias et Mutations Sociales) blandine.chelini-pont@univ-amu.fr
Yann Raison du Cleuziou (Université de Bordeaux, Institut de Recherche Montesquieu) yann.raison-du-cleuziou@u-bordeaux.fr

 

En mai 2013, la loi étendant le droit au mariage aux personnes homosexuelles a fêté ses dix ans. Si cette évolution ne fait plus désormais débat, le contre-mouvement qui s’est structuré pour y résister n’a pas disparu pour autant et s’est élargi à de nouvelles causes, manifestant un backlasch culturel plus profond (Ivaldi, 2022). Sous un label élargi Marchons enfants !, le collectif La Manif pour tous a organisé d’importantes mobilisations contre l’extension du droit à la PMA en 2019 et en 2020, actualisant un savoir-faire bien rôdé en pride conservatrice (Carnac, 2022) . En mars 2023, La Manif pour tous a changé de nom en devenant Le syndicat de la famille et se positionne sur l’euthanasie. Cette perpétuation organisationnelle n’a pourtant rien d’un processus linéaire et masque une conflictualité interne et d’importants flux d’entrées, de sorties ou de reconversions militantes (Della Sudda & Avanza, 2017 ; Balas & Tricou, 2019 ; Della Sudda, 2022). L’offre militante en marge de La Manif pour tous s’est considérablement élargie et a pris une dimension internationale (Paternotte & Kuhar, 2017 ; Prearo, 2020 ; Chelini-Pont, 2022). Certains partis politiques ont prétendu leur donner une représentation spécifique : de Sens Commun (devenu Le Mouvement conservateur), au Parti-chrétien Démocrate (devenu Via) ou Reconquête !… Les échéances électorales, tout particulièrement présidentielles, ont été l’occasion d’opérations de courtage électoral ou de promotion de candidats. De François Fillon à Eric Zemmour, si l’échec sanctionne les mobilisations électorales, les équilibres internes aux droites s’en trouvent pourtant transformés (Raison du Cleuziou, 2019). Autonome à l’égard des partis, la nébuleuse conservatrice d’inspiration catholique crée des circulations transpartisanes et travaille au décloisonnement des appareils par la promotion d’options stratégiques, de la « ligne Buisson » à « l’union des droites » (Raison du Cleuziou, 2022).   Le conservatisme parvient à se renouveler et à se maintenir dans l’agenda des droites grâce au déplacement constant des constructions idéologiques qui le légitiment (Durant & Sindaco, 2015 ; de Vitry, 2022). De l’opposition à la « théorie du genre » à la dénonciation du « wokisme », c’est un ordre national et naturel qui est érigé en rempart par des journalistes et essayistes qui construisent une actualité conflictuelle et mobilisatrice (Chelini-Pont, 2022). Si la longue durée des mobilisations conservatrices d’inspiration catholique est connue (Tartakowsky, 2014 ; Portier & Béraud, 2017 ; Raison du Cleuziou 2019), les ressorts organisationnels, sociaux, religieux, intellectuels de la résilience de ses militants restent peu questionnés alors même que leurs échecs se succèdent. Les recompositions des identités et des contextes du militantisme restent aussi à décrire. Depuis 2013, la succession des crises à pourtant contribué à infléchir, élargir et renouveler les luttes dans lesquelles ces militants se sont engagés : attentats terroristes de 2015 ; Gilets jaunes ; épidémie de Covid-19 et résistance à la vaccination ; candidature d’Eric Zemmour…

Les panelistes sont invité.es à analyser les effets d’une décennie de crises sur les trajectoires militantes, mais aussi sociales, religieuses voire professionnelles de ces militant.es.  Deux dimensions pourront être principalement questionnées :

–   Le rôle et l’évolution des convictions religieuses personnelles ou collectives comme ressort de la résilience militante mais aussi comme contrainte dans le choix et la forme des engagements possibles.

– Le rôle et l’évolution du sentiment ou de l’expérience de marginalisation sociale ou politique dans la trajectoire de décloisonnement avec des univers militants nouveaux, que ce soit par les réseaux sociaux ou des mobilisations collectives.

 

In May 2023, the French law permitting marriage between homosexual persons entered its first decade. As the law is no longer a matter for debate, the countermovement that contested it, did not disappear. It expanded to new causes, reflecting a deeper cultural backlash (Ivaldi, 2022).

 Under a new enlarged motto – Marchons enfants! – La Manif pour tous organised major mobilizations in 2019 and 2020, against homosexual couples’ right to parenthood, updating its competence in conservative prides (Carnac, 2022). In March 2023, La Manif pour tous changed its name for Le Syndicat de la famille (Family Union) and took a stance on euthanasia. This organisational long enduring was by no means a linear process. It hid internal conflicts, major flows of joining or leaving activists and changing targets (Della Sudda & Avanza, 2017 ; Balas & Tricou, 2019 ; Della Sudda, 2022).  Militancy rooted in La Manif pour tous grew all around and has taken on an international dimension (Paternotte & Kuhar, 2017; Prearo 2020 ; Chelini-Pont, 2022). Within the movement, some pretended to give it a political form, with new parties like Sens Commun, now Le Mouvement conservateur, or Parti chrétien-démocrate now Via or even Reconquête! French elections, especially the presidential ones, gave opportunity for electoral brokering or mobilizing for conservative candidates. Whereas their commitment to François Fillon or Eric Zemmour failed, they moved internal balance of power in the French Right and transformed it (Raison du Cleuziou, 2019).  Out from institutional parties, Catholic conservatives created cross-parties alliances. They helped to opening political apparatuses, by promoting new strategic lines, from the ‘Buisson’s’ one, to that one of the Unified Right (Raison du Cleuziou, 2022). Catholic conservatism renewed itself along the causes. It remained vivid in the right-wing agenda, by building new ideological frames, legitimizing its own impetus (Durant & Sindaco, 2015; de Vitry, 2022). From the battle against ‘gender theory’ to wokism denouncement, a new Conservative Catholic press erected a national and natural order bulwark, which builds a conflicting and mobilising new agenda (Chelini-Pont, 2022). The long history of Catholic-inspired conservative mobilisations is well known (Tartakowsky, 2014; Portier & Béraud, 2017; Raison du Cleuziou 2019). But their organisational, social, religious, and intellectual resilience despite their repetitive failures, remains unexplored as well as the reshaping of activist identities and contexts. However, since 2013, deep crises helped these activists to influence, broaden and renew their struggle: 2015 terrorist attacks; Gilets jaunes movement; Covid-19 pandemic and anti-vaccine movement; Eric Zemmour’ s campaigning, etc.

This thematic section aims to bring together political scientists working on and interested by Catholic activism in politics and ready to review recent sociological research on Catholicism and rightist parties (In France or in other countries). Panellists could propose papers on the multiple impact left by a decade of social changes on the social, religious, political, or professional background of these militants. Two main aspects could be scrutinized more precisely:

– What role played the personal or collective religious convictions as springboard for militant resilience, but also as constraint for possible commitments?

– What role played the feeling or the experiment of social and political discrimination in opening up new activist fields, whether by social networking or collective mobilization?

Session 1 / Résilience et durée des mobilisations catholiques conservatrices
Discutants : Blandine Chelini-Pont & Yann Raison du Cleuziou

Louise Déjeans (CERLIS – Université Paris Est-Créteil), Les recompositions sociologiques et idéologiques de La Manif pour tous au Syndicat de la famille : une analyse des déterminants sociaux de l’engagement

Juliette Brillet (LMU Munich – CRESPA), Les mobilisations contre l’avortement post-Manif pour tous en France et en Allemagne : entre marginalité et normalisation

Salomé Hédin (CARISM – Université Paris 2 Panthéon-Assas), Génération Pro-Vie : recompositions du militantisme anti-avortement en France

Anne-Sophie Crosetti (FNRS – ULB), “Communier le corps du Christ le matin, et le soir dégager Sa Mère”. Engagement ‘pro-vie’ et gestion de l’identité religieuse en Belgique

Anne Coleman (ENS Lyon), La mise sur agenda des “Crisis pregnancies” et ses consequences sur le mouvement pro-vie Irlandais (années 1990)

Session 2 / Dispersion et reconversion du militantisme LMPT
Discutants : Blandine Chelini-Pont & Yann Raison du Cleuziou

Mégane Erbani (ISP – Université Paris Nanterre), La dispersion des mobilisations “familialistes” comme stratégie de recomposition? Une enquête locale auprès des militants de La Manif pour tous

Nathan Daligault (SAGE UMR 7363 – Université de Strasbourg), Que sont devenus les écologistes de la Manif pour tous ?

Claire de Galembert (ISP, CNRS), De la Manif pour Tous à l’écologie : une décennie de trajectoires militantes

Nathan Jobert (CESSP – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), De la Manif pour tous à la cause des chrétiens d’Orient : retour sur le succès d’une reconversion militante à travers le cas de SOS Chrétiens d’Orient

Emilien Houard-Vial (CEE – Sciences Po Paris), D’une droite à l’autre. L’échec de l’entrisme de Sens Commun au sein des Républicains

BRILLET Juliette   juliette.brillet@gmail.com

CHELINI-PONT Blandine blandine.chelini-pont@univ-amu.fr

COLEMAN Anne anne.coleman@ens-lyon.fr

CROSETTI Anne-Sophie anne-sophie.crosetti@ulb.be

DALIGAULT Nathan nathandaligault@laposte.net

DE GALEMBERT Claire claire.de-galembert@isp.ens-cachan.fr

DÉJEANS Louise louise.dejeans@gmail.com

ERBANI Mégane megane.erbani@gmail.com

HÉDIN Salomé salome.hedin@live.fr

HOUARD-VIAL Emilien emilien.houardvial@sciencespo.fr

JOBERT Nathan nathan.jobert1@gmail.com

RAISON DU CLEUZIOU Yann yann.raison-du-cleuziou@u-bordeaux.fr