le portail de la science politique française

rechercher

ST 23

Gouverner les opérations militaires. Politiques, acteurs et instruments

Governing military operations. Policies, actors and instruments

Responsables scientifiques : 

Delphine Deschaux-Dutard (Université Grenoble Alpes, CESICE) delphine.deschaux-dutard@univ-grenoble-alpes.fr
Jean Joana (Université de Montpellier, CEPEL) jean.joana@umontpellier.fr

 

Depuis une vingtaine d’année, les démocraties occidentales ont été engagées dans de nombreuses opérations militaires. Les spécialistes d’études stratégiques ont mis l’accent sur les changements qui en avaient résulté sur le plan militaire (Farrell, ali, 2013 ; Barno, Bensahel, 2020). Les changements d’ordre politique qu’elles ont entrainé dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques étrangère ou de défense des Etats concernés ont moins été étudiés (Joana, 2020). A l’heure où le retour de la guerre conventionnelle en Europe semble marquer l’entrée des démocraties occidentales dans une nouvelle ère de la compétition stratégique (Schmitt, Tenenbaum, 2023), et où se multiplient les appels à mettre en place une « économie de guerre » pour faire face à ces nouvelles menaces, la mise au jour de ces dispositifs d’action publique particuliers et des logiques qui les structurent apparaît d’autant plus nécessaire.

Par gouvernement des opérations militaires, on entend ici les différents programmes d’action publique — en matière de gestion des personnels militaires, d’équipement des forces armées, de contrôle politique de la force, d’accompagnement diplomatique des opérations conduites — mis en œuvre à l’occasion d’un engagement dans une opération militaire. C’est-à-dire les différents dispositifs d’action publique — d’ordres administratif, financier, organisationnel, bureaucratique mais aussi éventuellement diplomatique — mis en place à l’occasion de ces opérations, ainsi que  les jeux d’acteurs — politiques et bureaucratiques, civils et militaires — qui président à leur élaboration et à leur mise en oeuvre. S’intéresser au gouvernement des opérations militaires revient donc à ouvrir la « boite noire » de la guerre (Daho, ali, 2023) à la période contemporaine.

Au croisement de l’analyse des relations internationales, de la sociologie politique comparée et de la sociologie politique de l’action publique, la section thématique permettra donc de poser un certain nombre de questions : en quoi les opérations militaires modifient-elles les politiques de défense des Etats qui y sont engagés ? Quels sont les effets de ces changements sur les politiques de défense à plus long terme ? En quoi la conduite des opérations militaires modifie-t-elle les rapports entre les acteurs civils et militaires traditionnellement en charge de la formulation des politiques de défense ? Quels sont les usages que les parlementaires font des war powers qui leurs sont institutionnellement attribués (Deschaux-Dutard, 2017) ? La conduite des opérations modifie-t-elle les relations entre militaires et diplomates ? Les relations des ministères de la défense avec les industriels en charge de l’équipement des forces armées en sont-elles affectées ?

Pour répondre à ces différentes questions la section thématique privilégiera des contributions mobilisant un matériel empirique et un regard comparatiste sera encouragé.

 

Over the last twenty years, Western democracies have been involved in numerous military operations. Strategic studies have focused on the resulting changes in the military area (Farrell, ali, 2013; Barno, Bensahel, 2020). Less attention has been paid to the political changes they have brought about in the development and implementation of the foreign and defence policies of the concerned states (Joana, 2020). The return of conventional warfare to Europe since 2022 seems to have pushed Western democracies into a new era of strategic competition (Schmitt, Tenenbaum, 2023). More and more political leaders call for an “economy of war” to deal with these new threats. Therefore it seems all the more necessary to investigate these particular policy mechanisms and the logics underlying them.

We use the term ‘government of military operations’ here to designate the various public action programmes – including the management of military personnel, the equipping of armed forces, the political control of force and the diplomatic accompaniment of operations – that are implemented during a state engagement in a military operation. In other words, the various mechanisms for public action – administrative, financial, organisational, bureaucratic and possibly diplomatic – underlying these operations, as well as the interplay of political and bureaucratic, civilian and military players involved in their design and implementation. Taking an interest in the government of military operations therefore conducts to opening the ‘black box’ of war (Daho, ali, 2023) in the contemporary period.

At the crossroads of international relations, comparative political sociology and political sociology of public policies, this thematic section will therefore raise a number of research questions to be investigated : how do military operations modify the defence policies of the involved states? What are the effects of these changes on defence policies in the longer term? How does the conduct of military operations alter the relationship between the civilian and military players traditionally formulating defence policy? What uses do parliamentarians make of the war powers that have institutionally at their disposal (Deschaux-Dutard, 2017)? Does the conduct of operations change relations between the military and diplomats? Are defence ministries’ relations with the manufacturers responsible for equipping the armed forces affected?

To answer these questions, the thematic section will focus on contributions using empirical material, and a comparative perspective will be encouraged.

 

REFERENCES

Daho G.Pouponneau F., Siméant-Germanos J. dir. (2022), Entrer en guerre au Mali. Luttes politiques et bureaucratiques autour de l’intervention française, Paris, Rue d’Ulm.

Schmitt O., Tenenbaum E. (2023), « Caught Between a Rock and a Hard Place. The French Army, Expeditionary Warfare and the Return of Strategic Competition”, dans M. Weismann, Nilsson N. eds., Advanced Land Warfare, Oxford, Oxford university Press.

Farrell T., Osinga F., Russell J. A. eds. (2013), Military Adatation in Afghanistan, Stanford, Stanford University Press.

Barno D., Bensahel N. (2020), Adaptation under fire. Militaries change in Wartime, New York, Oxford University Press.

Deschaux-Dutard D. (2017), “Usage de la force militaire et contrôle démocratique : le rôle des arènes parlementaires en France et en Allemagne », Revue Internationale de Politique Comparée, 3 (24), p. 201-231.

Joana J. (2020), « Guerre et changement dans la politique d’armement. Les achats en urgence opérationnelle des armées françaises en Afghanistan », Gouvernement et Action Publique, 9 (3), p. 9-30.

Session 1 / Gouverner les opérations militaires : politiques, acteurs et instruments au niveau national et européen
Présidence : Jean Joana (Université de Montpellier)
Discutant :  Thomas Lindemann (Université de Versailles Saint-Quentin)

Présentation générale : Delphine Deschaux-Dutard (Université Grenoble Alpes) et Jean Joana (Université de Montpellier)

Nicolas Kouloglou (Centrale Supélec), Gouverner les opérations militaires à la frontière mexicaine : La Garde Nationale et les imbrications politico-militaires dans un contexte de « militarisation de la frontière »

Lise Dubois (Université Lyon 3),  Surveiller (et punir ?) depuis l’espace : l’Allemagne et les satellites

Catherine Hoeffler (Sciences Po Bordeaux), L’Union européenne belliciste ? Apports et limites d’une approche de statebuilding au rôle militaire de l’Union européenne

Session 2 / Mise en perspective sociologique du gouvernement des opérations militaires : études de casPrésidence : Delphine Deschaux-Dutard (Université Grenoble Alpes)
Discutant :  Adrien Estève (Sciences Po Strasbourg)

Delphine Deschaux-Dutard (Université Grenoble Alpes) et Jean Joana (Université de Montpellier), L’émergence des opex française comme problème public ? Une analyse des questions des députés français sur les opex (1981-2022)

Solène Poiraz (EHESS), Teşkilat: la série télévisée comme un dispositif de justification des opérations militaires de la Turquie en Syrie

Olga Ruzhelnyk (Université Paris Nanterre), Supporters de football sur les lignes de front : les ultras ukrainiens et la conversion de leur capital

DESCHAUX-DUTARD Delphine delphine.deschaux-dutard@univ-grenoble-alpes.fr

DUBOIS Lise lise.dubois@univ-lyon3.fr

ESTÈVE Adrien adrien.esteve@sciencespo.fr

HOEFFLER Catherine c.hoeffler@sciencespobordeaux.fr

JOANA Jean jean.joana@umontpellier.fr

KOULOUGLOU Nicolas nkouloglou@hotmail.com

LINDEMANN Thomas thomas.lindemann@uvsq.fr

POIRAZ Solène Solene.poyraz@gmail.com

RUZHELNYK Olga olga.r@parisnanterre.fr